2 journalistes dénoncent une entrave à la liberté d’informer

Le Monde 5 janvier 2021

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/01/04/etre-tenus-a-l-ecart-ce-n-est-pas-normal-deux-journalistes-denoncent-une-entrave-a-la-liberte-d-informer-devant-la-justice_606

Le tribunal administratif a rejeté, mardi, la demande des reporters indépendants d’enjoindre, en urgence, aux préfectures du Nord et du Pas-de-Calais de les autoriser à accéder aux différents sites où il est procédé à l’évacuation de campements. 

Par Laurie Moniez (Lille, correspondante)
Publié hier à 18h21, mis à jour à 14h57  

« Jusqu’ici, il n’y avait que deux pays qui m’avaient empêché de travailler : la Hongrie de Viktor Orban et le Maroc de Mohammed VI. Maintenant, il y a la France. » Photojournaliste indépendant, Louis Witter, 25 ans, couvre les crises migratoires depuis six ans. Lundi 4 janvier, devant le tribunal administratif de Lille, le reporter dénonçait, avec son confrère Simon Hamy, l’« entrave » à la liberté d’informer que représente selon eux l’impossibilité d’accéder à des évacuations de camps de migrants sur le littoral du Nord et du Pas-de-Calais.

Dans une requête en référé-liberté, tous deux demandaient au tribunal d’enjoindre aux préfectures de les « autoriser à accéder aux différents sites »d’évacuation pour y effectuer leurs reportages. En cause, notamment : plusieurs épisodes durant lesquels les deux journalistes disent avoir été empêchés d’exercer leur métier.

Leur requête a été rejetée, mardi 5 janvier. Le juge des référés a relevé que « les requérants n’avaient fait état d’aucune nouvelle intervention d’évacuation en cours ou à venir, à laquelle ils envisageraient d’assister, et qu’il a été indiqué en défense par les représentants des préfectures du Nord et du Pas-de-Calais que les évacuations étaient terminées ». Ainsi, selon le juge, la situation ne revêt pas le caractère d’urgence propre à justifier l’injonction. Pour Me Vincent Brengarth, avocat au barreau de Paris et confrère d’Henry-François Cattoir, le conseil des deux reporters, la décision du tribunal est « une parade pour ne pas avoir à répondre au fond, à savoir l’entrave à la liberté d’informer ».

Mardi 29 décembre 2020, au petit matin, le photojournaliste et son collègue rédacteur indépendant suivaient l’évacuation d’un camp de migrants à Grande-Synthe. Après un contrôle de leurs pièces d’identité et cartes de presse, « prises en photo par ce qui semblait être le téléphone personnel de policiers », ont-ils expliqué à la présidente du tribunal, les forces de l’ordre leur interdisent de passer au-delà d’un périmètre de sécurité. « Cette interdiction de filmer et de photographier a été faite verbalement et physiquement avec la main sur l’objectif de l’appareil, en plus du phare d’un fourgon de police braqué vers nous », a précisé Louis Witter.
`
A cinq reprises, les 29 et 30 décembre, ils se sont ainsi vu refuser l’accès aux sites démantelés à Grande-Synthe, Calais et Coquelles. Le Syndicat national des journalistes (SNJ), première organisation de la profession, a « condamné ces pratiques d’obstruction et d’intimidation ». Me Henry-François Cattoir a dénoncé une atteinte grave à la liberté d’informer. « Il faudrait donc, comme l’a sous-entendu [le ministre de l’intérieur, Gérald] Darmanin, une accréditation pour suivre des opérations de police maintenant ? », a-t-il feint de s’interroger à l’audience.

« Qu’est-ce qui gêne ? »
Sur son compte Twitter, le photojournaliste Louis Witter avait diffusé mardi 29 décembre des images prises au téléobjectif des tentes des migrants lacérées à coups de couteau par un homme chargé selon lui du « nettoyage » du camp.

« Pourquoi interdire l’accès aux journalistes ?, s’est interrogé Me Cattoir. Pour les empêcher de documenter sur la manière dont se passent les opérations ? Qu’est-ce qui gêne ? » « Un périmètre de sécurité, c’est quelque chose de tout à fait classique, cela ne choque absolument personne et pas même la presse », lui a répondu au nom de la préfecture du Nord Hervé Tourmente, rappelant que l’opération d’évacuation du camp de Grande-Synthe le 29 décembre s’était déroulée sur ordonnance judiciaire avec octroi de la force publique. « Il n’y a pas un incendie, une expulsion, une interpellation sans un périmètre de sécurité. L’enjeu est d’éviter tout suraccident », assurait-il au tribunal.

Le sous-préfet de Calais, Michel Tournaire, a précisé de son côté qu’« un compte rendu complet des opérations avait été fourni à travers un communiqué de presse détaillant de manière assez précise le déroulé, ce qui permet après à la presse locale d’informer les lecteurs si nécessaire ». Mais les journalistes souhaitaient pouvoir décrire ces évacuations à partir de ce qu’ils ont vu. « On voulait vérifier sur place ce que les ONG et consortiums d’associations nous avaient décrit, a expliqué le journaliste Simon Hamy, 30 ans. Ils nous avaient souhaité bonne chance. On s’est sentis impuissants à témoigner. »

Les deux reporters ont prévu de retourner sur les camps de migrants du Calaisis dès cette semaine. « On a déposé cette requête en référé-liberté, car c’est important de marquer le coup, pas forcément pour nous mais pour tous les journalistes qui souhaitent travailler sur les expulsions, confiait Louis Witter. Certains ont l’impression d’être dans la normalité en étant ainsi tenus à l’écart, mais ce n’est pas normal. »

Depuis le démantèlement de la « jungle » de Calais en 2016 – où ont vécu jusqu’à 10 000 migrants –, les autorités veulent éviter par tous les moyens les « points de fixation ». Lors de l’opération du 30 décembre à Calais, seuls 85 migrants sur près de 300 ont été mis à l’abri par les services de la préfecture.

Podcast CCFD – Une journée avec des associations engagées à la frontière !

Pour la « journée internationale des migrations », le 18 décembre, le CCFD-Terre Solidaire, organisation qui soutient la PSM depuis sa création, a réalisé un podcast :
Sidonie Hadoux vous y invite à partager la journée d’associations de notre réseau, qui témoignent de la situation intolérable dans laquelle sont maintenues les personnes exilées, tout en poursuivant inlassablement leur action auprès de ces personnes et en continuant d’inventer d’autres possibles… Embarquez avec elle !

Rapport Project Play – Les expulsions : des pratiques qui bafouent les droits des enfants à la frontière franco-britannique

Project Play publie son deuxième rapport ce 4 décembre 2020 : « Les expulsions : des pratiques qui bafouent les droits des enfants à la frontière franco-britannique », en partenariat avec le Refugee Women Center, Utopia 56, le Refugee Youth Service et Human Rights Observers.

Pour les enfants déplacés à la frontière, ces opérations d’expulsions représentent une entrave directe à l’accès, quand il n’est pas inexistant, à la nourriture, à des sanitaires, à un abri, ou tout simplement aux standards minimums de protection de l’enfance. Tout ceci au mépris de leurs droits en tant qu’enfants, et dans un contexte de crise sanitaire mondiale.

En effet, à travers les opérations d’expulsion, la France et le Royaume-Uni violent, de façon délibérée et systématique, de nombreux articles de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), de la Convention européenne des droits de l’homme et du Code de l’action sociale et des familles français, qui encadrent la protection de l’enfance. Et les deux Etats ne respectent pas l’un des principes fondamentaux de la CIDE : l’intérêt supérieur de l’enfant, qui doit pourtant primer sur toute autre considération, qu’elle soit sécuritaire ou liée à la politique migratoire.

Cliquer ici pour lire le rapport complet (EN&FR) : https://www.project-play.org/advocacy-reports

Pour le partager dans vos réseaux :

Instagram : https://www.instagram.com/p/CIYbVIBjqBX/

Facebook : https://www.facebook.com/projectplayfrance/posts/775572163057481

La France et le Royaume-Uni s’entendent pour freiner l’immigration clandestine par la Manche

La France et le Royaume-Uni s’entendent pour freiner l’immigration clandestine par la Manche

Journal Le Monde du 29 novembre

Des patrouilles supplémentaires et des nouveaux moyens technologiques seront déployés le long des plages françaises dans le cadre d’un accord entre Paris et Londres.

L’annonce d’une entente entre la France et le Royaume-Uni pour freiner l’immigration clandestine par la Manche a été faite, samedi 28 novembre, par Priti Patel. La ministre de l’intérieur britannique et son homologue français, Gérald Darmanin, ont déclaré vouloir rendre impossible l’itinéraire emprunté par plus de 8 000 personnes cette année.

L’accord prévoit le doublement des patrouilles françaises à partir du 1er décembre – sans en donner le nombre précis –, qui seront appuyées de drones et de radars permettant de repérer ceux qui tentent la traversée, a-t-elle déclaré sur la chaîne britannique BBC. Mme Patel s’est félicitée de l’accord en déclarant qu’il permettrait aux deux pays de « partager la mission de rendre impossibles les traversées de la Manche ». Les deux pays ont accepté de dépenser 31,4 millions d’euros pour ces mesures.

Source de tensions

Ces derniers mois, de plus en plus de migrants ont tenté de rejoindre la Grande-Bretagne par cette voie dangereuse et très fréquentée. Quatre décès ont été recensés en 2019, et sept depuis le début de l’année. Le dossier a été source de tensions, le Royaume-Uni accusant la France de ne pas s’impliquer suffisamment pour empêcher les traversées.

En septembre, les autorités françaises ont précisé avoir intercepté plus de 1 300 personnes qui tentaient de rejoindre le Royaume-Uni, dont une poignée avait essayé de traverser la Manche à la nage sur une trentaine de kilomètres.

Entre le 1er janvier et le 31 août, environ 6 200 migrants ont tenté leur chance, à l’aide de canots pneumatiques, de paddles, kayaks, voire de gilets de sauvetage. Le nord de la France attire depuis longtemps les aspirants à l’immigration clandestine vers la Grande-Bretagne, à bord d’embarcations de fortune fournies par des passeurs, ou de l’un des dizaines de milliers de véhicules traversant quotidiennement la Manche sur des ferrys et des trains.

 

Droit d’asile : « La France aligne sa jurisprudence sur celle d’autres Etats européens pour expulser des Afghans »

Droit d’asile : « La France aligne sa jurisprudence sur celle d’autres Etats européens pour expulser des Afghans »

tribune du journal Le Monde du 28/11/2020

 

Adam Baczko Chargé de recherche au CNRS, CERI-Sciences Po et  Gilles Dorronsoro,  Professeur de sciences politiques à Paris I-Panthéon-Sorbonne.

La décision prise par la justice française de débouter deux Afghans est irresponsable, affirment les chercheurs Adam Baczko et Gilles Dorronsoro, car, contrairement aux attendus, la sécurité à Kaboul et dans le reste du pays ne s’est pas améliorée.

Tribune. Jeudi 19 novembre, la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) a débouté deux Afghans qui demandaient le droit d’asile, arguant que « la violence aveugle prévalant actuellement dans la ville de Kaboul n’est pas telle qu’il existe des motifs sérieux et avérés de croire que chaque civil qui y retourne court, du seul fait de sa présence dans cette ville, un risque réel de menace grave contre sa vie ou sa personne ». La cour appuie notamment sa décision sur le fait qu’il y aurait – dans certaines régions – une amélioration de la sécurité pour les civils entre 2019 et 2020, en citant différents rapports de l’ONU.

Or, l’amélioration marginale de la sécurité en 2020 est principalement due aux négociations entre les talibans et les Etats-Unis. Si l’on considère l’évolution sur les quatre ou cinq dernières années, on observe au contraire une détérioration marquée de la situation avec une possibilité réelle d’effondrement du régime et de prise du pouvoir par les talibans dans les prochaines années. L’opposition armée coupe régulièrement toutes les routes qui partent de la capitale et sa présence est signalée depuis des années dans les faubourgs de la ville.

En réalité, l’Afghanistan reste, avec l’Irak et la Syrie, le théâtre d’un des conflits les plus meurtriers des dernières décennies et les demandeurs d’asile expulsés seront bien évidemment en danger dès leur arrivée à Kaboul. Contrairement à ce qu’allèguent les juges assesseurs, il est indiscutable qu’un habitant de Kaboul court, « du seul fait de sa présence, sur le territoire, un risque réel de subir une menace grave et individuelle ».

Nombreux civils menacés

En effet, les talibans et l’Etat islamique conduisent de manière régulière des attentats-suicides sur des cibles civiles à Kaboul, à l’exemple de l’attaque du 24 octobre contre un centre éducatif qui a fait une trentaine de morts et plus de 70 blessés. Deux jours après la décision de la CNDA, 23 roquettes ont été tirées sur le centre-ville. Bilan : 8 tués et 31 blessés.

On se souvient également de l’attaque (attribuée à l’Etat islamique) contre une maternité qui a fait une vingtaine de morts en mai, essentiellement des mères en couches. Par ailleurs, de nombreux civils sont menacés en raison de leur identité ethnique et religieuse ou de leur soutien au régime en place ou à la coalition internationale. Les fonctionnaires et les personnes qui ont travaillé pour les Occidentaux, par exemple comme gardes de sécurité privés, sont directement visés par l’insurrection.

« Ces nouvelles pratiques juridiques vont créer une population de réfugiés sans statut, marginalisée, avec un coût humain et social dont la société française devra payer le prix »

En outre, les personnes accusées de « corruption morale » (relations amoureuses hors mariage, homosexualité, athéisme, etc.) sont des cibles pour l’insurrection, mais aussi pour les fondamentalistes qui dominent la scène politique. La fuite des habitants menacés vers le Pakistan et l’Iran – très marginalement vers l’Europe – limite certainement le nombre des civils tués dans la capitale afghane et, plus largement, dans le pays.

Par ailleurs, les chiites sont systématiquement éliminés par l’Etat islamique, alors que des populations perçues comme liées au pouvoir, par exemple les Panshiris (dont le plus célèbre était le commandant Massoud), ont été les cibles des talibans lorsque ces derniers étaient au pouvoir.

En contradiction avec nos valeurs

On le voit, le revirement de la CNDA, par son ignorance des faits, est politique : il a pour but d’aligner la jurisprudence française sur celle d’autres Etats de l’Union européenne comme l’Allemagne, la Suède ou la Belgique et de permettre l’expulsion des Afghans qui viennent en France après le rejet de leur demande d’asile dans l’un de ces pays.

Cette décision participe de la remise en cause du droit d’asile depuis les années 1980 car, derrière le sort des Afghans se joue celui des Somaliens, des Darfouris, des Syriens, des Libyens et des Yéménites. Ces nouvelles pratiques juridiques vont créer une population de réfugiés sans statut, marginalisée, avec un coût humain et social dont la société française devra payer le prix.

Par ailleurs, la décision de la CNDA marque l’aboutissement d’une logique d’irresponsabilité par rapport à nos décisions de politiques étrangères et une contradiction criante par rapport aux valeurs dont la France se réclame sur la scène internationale. La situation aujourd’hui désespérée de l’Afghanistan est un effet des politiques désastreuses menées par la coalition depuis 2001.

Corruption et milices armées

Contrairement à d’autres pays, la France n’a jamais tiré le bilan de son intervention afghane, alors même que celui-ci informerait utilement son engagement sur d’autres théâtres d’opérations, en particulier au Sahel. Or, conjointement à nos alliés, nous avons contribué à la consolidation d’une élite politique extraordinairement corrompue et à la multiplication de milices armées.

Par le biais de financements internationaux, la coalition a favorisé de façon décisive l’émergence de milieux urbains occidentalisés dont le mode de vie était en rupture avec le reste de la société. C’est sur l’assurance répétée d’un soutien indéfectible de l’Occident, et notamment de la France – « patrie des droits de l’Homme » –, qu’est née cette société urbaine moderniste, dont les membres, laissés-pour-compte par le retrait occidental, n’ont d’autres recours que de se réfugier en Europe.

Enfin, alors qu’une solution négociée était encore envisageable au début des années 2010, lorsque la présence militaire occidentale permettait de faire pression sur l’insurrection, les ouvertures diplomatiques avec les talibans ont été rejetées au prétexte qu’on ne négocie pas avec des djihadistes. En 2012, le gouvernement français a ainsi mis fin aux « négociations de Chantilly » malgré des résultats prometteurs.

L’attitude irresponsable de Donald Trump – qui a engagé des pourparlers avec les talibans, sans le gouvernement afghan, et après l’annonce d’un retrait complet – n’a peut-être pas été le monopole des Etats-Unis. Nier l’ampleur de la crise actuelle en Afghanistan et notre part de responsabilité dans celle-ci n’est ni justifiable d’un point de vue éthique ni avisé d’un point de vue politique.

Adam Baczko (Chargé de recherche au CNRS, CERI-Sciences Po) et Gilles Dorronsoro (Professeur de sciences politiques à Paris I-Panthéon-Sorbonne)

 

Communiqué du GISTI – Sortie du rapport « Deadly Crossings »

Action collective

À Calais, la frontière tue.
Contre l’oubli et l’impunité, nommer et compter les victimes

Jeudi 19 novembre, près de Calais, un homme est mort.

« Coquelles : un migrant décède à l’hôpital après avoir été percuté sur l’autoroute A16 » a titré La Voix du Nord dans un article classé dans les « Faits divers » [1]. «  L’accident s’est produit peu après 16h30 au niveau de l’échangeur 42 sur l’autoroute A16 » a précisé France 3 Hauts-de-France [2].

Fatalité. Un «  migrant » qui « décède après avoir été percuté sur l’autoroute A16 », c’est forcément un « accident » à ranger dans les « faits divers ».

Pourtant, à Calais et dans la région, des « migrants qui décèdent », il y en a eu des dizaines, des centaines même. Des hommes, des femmes, des enfants et même parfois des nourrissons. Avec un nom, une identité, une histoire. Depuis 1999, ce sont au moins 297 personnes en exil qui sont mortes dans cette zone transfrontalière.

Mortes en tentant de franchir la frontière qui sépare le Royaume-Uni de la France : écrasées par la cargaison d’un camion ou broyées par l’essieu, électrocutées par les caténaires de l’Eurotunnel, percutées par un véhicule sur l’autoroute A16 ou noyées en essayant de franchir le Channel en bateau, en kayak ou tout simplement à la nage avec des bouteilles en plastique comme seules bouées de fortune. Mortes également du fait des conditions de vie inhumaines que leur réservent les gouvernements français successifs depuis plus de 25 ans.

« Les CRS font de nos vies un enfer » écrivaient des exilé·es érythréen·nes dans une lettre adressée au préfet du Pas-de-Calais le 16 novembre dernier [3]. «  Les CRS sont venus et ont gazé nos affaires et nous ont frappés comme si on était des animaux. Le lendemain matin ils nous attendaient et nous ont encore frappés. Même quand nous marchons ils ouvrent leur voiture et ils nous gazent, juste pour s’amuser » détaillent ils et elles un peu plus loin dans le courrier.

Violences policières, harcèlement continu, humiliations, contrôles d’identité répétés, destructions de tentes, privation de duvets ou confiscation d’effets personnels, gazage de bidons de stockage d’eau sont le quotidien des personnes exilées présentes dans le Calaisis. Et cette réalité n’est pas nouvelle. Depuis des années, les exilé·es et leurs soutiens locaux dénoncent ce régime de violences généralisées. Des organisations internationales, telles que Human Rights Watch [4], font de même. Le Défenseur des Droits, à plusieurs reprises (notamment en 2012 [5], 2015 [6] et 2018 [7]), a dénoncé les politiques qui font de cet espace transfrontalier un « enfer » pour les exilé·es fuyant la guerre en Afghanistan ou en Syrie, la dictature en Érythrée ou les violences d’états autoritaires au Soudan ou en Éthiopie.

Mais rien ne change. La réponse des gouvernements, quelle que soit leur étiquette politique, qui se succèdent reste inchangé et le message officiel adressé aux exilé·es errant dans le Calaisis est toujours le même : « Disparaissez ! ». Et si les coups de matraques et les gazages ne suffisent pas, les personnes migrantes comprendront d’elles mêmes qu’à Calais et dans la région, on risque sa peau.

Aucune de ces vies volées n’est un accident. C’est pourquoi il importe de compter et nommer les exilé·es mort·es à la frontière franco-britannique, et de refuser de réduire ces décès à des événements isolés et anonymes, pour les ranger ensuite dans la case des « faits divers ». Au contraire, recenser les étranger·es décédé·es dans cette zone frontalière montre que ces morts sont le résultat des politiques menées par des sous-préfets, des préfets et des ministres successifs, qui ont délibérément décidé de faire de cette frontière un « enfer ».

En 2016, le Gisti publiait un numéro de sa revue Plein Droit intitulé « Homicides aux frontières » dans lequel paraissait l’article « Voir Calais et mourir ». L’auteur, un ancien salarié de la Plateforme des Soutiens aux Migrant·e·s (PSM) basée à Calais, y décrivait ce travail d’enquête sur les mort·es à la frontière franco-britannique (qui permettait de dresser une liste des victimes et une cartographie) et montrait comment « l’addition d’accords européens et de traités bilatéraux, destinés à empêcher les indésirables d’accéder au territoire britannique a fait de cette région un mur meurtrier ».

Des liens récents entre militant·es français·es et activistes britanniques ont permis de travailler à la publication de cette enquête sur les personnes exilées mortes à la frontière franco-britannique pour un public anglophone. Fruit d’une collaboration entre l’Institute of Race Relations (IRR), le Tribunal Permanent des Peuples (TPP) de Londres et le Gisti, le rapport « Deadly Crossings and the Militarisation of Britain’s Borders » a pour but de donner à voir, une fois encore, les conséquences des politiques migratoires menées par les gouvernements français et britanniques dans cet espace frontalier et d’outiller activistes et associations anglophones dans leur contestation sans relâche du régime meurtrier des frontières.

le 23 novembre 2020
Rapport Deadly crossings

L’Institute of Race Relations (IRR) est une association antiraciste britannique. Elle produit des rapports de recherche et des analyses approfondies qui se fondent sur l’expérience des personnes victimes de racisme et de discriminations raciales afin de renfoncer les luttes antiracistes en Grande-Bretagne, en Europe et au-delà.
Le rapport Deadly crossings est publié sur le site de l’IRR, ici

Le groupe de Londres du Tribunal Permanent des Peuples (TPP) réunit des organisations engagées contre les violations des droits humains des migrants et des réfugiés. Il sensibilise l’opinion publique et défend une approche des politiques migratoires fondée sur les droits, afin de permettre aux migrants et aux réfugiés de faire valoir leurs intérêts face à l’État en leur offrant un espace d’action politique et sociale.

De Calais à Menton, une pression de tous les instants contre les migrants

 De Calais à Menton, une pression de tous les instants contre les migrants

https://www.liberation.fr/france/2020/11/24/de-calais-a-menton-une-pression-de-tous-les-instants-contre-les-migrants_1806620

Libération – Par Stéphanie Maurice, à Lille , François Carrel, à Grenoble , Mathilde Frénois, à Nice et Gurvan Kristanadjaja — 24 novembre 2020 à 20:06

A French antiriot police (CRS) officer tries to prevent illegal migrants from hiding in trucks heading for England in the French northern harbour of Calais, on June 17, 2015. AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN (Photo by Philippe HUGUEN / AFP)

Des migrants voulant rejoindre l’Angleterre bloqués par un policier en 2015. Photo Philippe Huguen. AFP

Depuis 2015 en France, la scène de violences observée à Paris lundi soir reflète le quotidien des exilés et des bénévoles d’association.

A quelques heures de l’installation des tentes sur le parvis de la place de la République lundi, du côté d’Utopia 56, l’association à l’origine du campement symbolique, on anticipait déjà : «On va sûrement se faire taper dessus, on le sait…» Car depuis 2015, lors de chaque manifestation ou évacuation en lien avec les migrants, la même répression s’exprime. «On n’est pas étonnés de ce qui s’est passé à Paris. Cette violence policière, on la vit depuis cinq ans partout sur le territoire», s’indigne Pierre Jothy d’Utopia 56 Paris. De Menton à Calais, des Alpes à la capitale, les bénévoles et exilés font le même récit de tentes détruites, de coups de matraque, d’insultes ou de dispersions systématiques au gaz lacrymogène.

A Calais : «Ils nous ont frappés comme si nous étions des animaux»

A Calais, les bénévoles en témoignent sans détours : «Le triptyque disperser, détruire et violenter, c’est ce que nous connaissons ici», pose Juliette Delaplace, du Secours catholique. Selon les associations, un Erythréen est hospitalisé au CHU de Lille depuis deux semaines, touché gravement au front et à la mâchoire lors d’une confrontation entre forces de l’ordre et migrants le 11 novembre, à proximité de la rocade portuaire de Calais. D’après les témoignages recueillis sur place par Human Rights Observers, qui documente les opérations policières, l’homme aurait reçu un tir de LBD 40 en pleine tête, tiré à moins de 10 mètres de distance. La préfecture du Pas-de-Calais affirme ne disposer «d’aucun élément à ce stade attestant d’un tir de LBD sur un migrant». En outre, l’association collectionne les PV pour non-respect du confinement, le sous-préfet de Calais estimant qu’elle ne remplit pas une mission humanitaire, à filmer les policiers : 16 contraventions à ce jour de 135 euros chacune. La communauté érythréenne, indignée par cet épisode, s’est mobilisée et a écrit une lettre ouverte, dans laquelle elle détaille la répression quotidienne : «Le 5 novembre […], ils [les policiers, ndlr] sont venus vers nos tentes et ils ont gazé toutes nos affaires personnelles et nous ont frappés comme si nous étions des animaux, pas des êtres humains.»

A Calais, les expulsions sont fréquentes, et de deux types. Premier cas, l’évacuation lambda, qui intervient tous les deux jours sur tous les sites. Elle est devenue un rituel, que les exilés anticipent en déplaçant leur tente même pas repliée sur le trottoir voisin. Il s’agit de nettoyer le campement des abris abandonnés et des détritus. Tant pis pour celui qui a échoué dans sa traversée de la nuit et est retenu au poste de police. François Guennoc, de l’Auberge des migrants, témoigne : «Cette pression policière s’appuie sur une loi qui dit que l’Etat peut intervenir dans une situation de flagrance. Si un camp est évacué dans les 48 heures, c’est comme s’il n’avait pas existé. Au bout de 48 heures, ses occupants gagnent des droits, il faut les informer de l’évacuation, et prévoir des mesures alternatives pour les personnes fragiles.» Deuxième cas, plus rare, l’expulsion massive : là, tout le campement est encerclé par les forces de l’ordre, les migrants présents montent à bord de bus qui les emmènent vers des CAES (centres d’accueil et d’examen des situations) et tout est détruit.

Cette logique n’est pas nouvelle, elle a comme objectif majeur, pour les gouvernements successifs, d’éviter des points de fixation, comme ont pu l’être, de leur point de vue, le hangar de la Croix-Rouge à Sangatte, fermé en 2002, ou l’extension de «jungles» difficiles à contrôler, comme celle qui a existé entre l’été 2015 et l’automne 2016 et rassemblé jusqu’à 10 000 personnes. Aujourd’hui, les associations estiment à 600 le nombre d’exilés à Calais, découragés par la pression policière organisée, mais surtout par le mauvais temps, qui rend périlleuses les traversées clandestines par la mer. Cet été, ils étaient entre 1 300 et 1 600.

En banlieue parisienne : «On nous insulte plusieurs fois par nuit, on nous chasse de là où on dort»

Ces derniers mois, après les évacuations successives du Nord parisien, les associations ont fait ce même constat : «Ce qui se passait à Calais est en train d’arriver ici.» «Là-bas, il y a des chasses à l’homme depuis 2015, et on nous a récemment interdit de distribuer des repas. Désormais, on vit la même chose à Paris, un harcèlement permanent», explique Yann Manzi, d’Utopia 56. Le militant y voit une «volonté politique» : «C’est un sujet qu’on laisse pourrir volontairement et sur lequel le gouvernement peut faire monter le nationalisme. Ainsi, ces gens [les exilés] sont responsables de tous les maux de la société, du terrorisme, de l’insécurité…»

En une semaine, en banlieue parisienne, le petit millier de migrants à la rue disent avoir vu la démonstration de tout l’arsenal policier : une évacuation aux grenades lacrymogène le 17 novembre à Saint-Denis, des courses-poursuites, des coups, des gardes à vue. Une pression de tous les instants. «On nous insulte plusieurs fois par nuit, on nous chasse de là où on dort. Les policiers sont vraiment méchants avec nous, parfois même violents, ils nous frappent et nous aspergent de gaz lacrymogène», affirme Nasser, un Afghan d’une trentaine d’années. Mardi, lui et deux de ses amis sont sortis des urgences de l’hôpital Bichat avec des entorses et des luxations causées par les forces de l’ordre. «Le plus dur, c’est qu’ils sont un peu en train de revivre les scènes qui les ont poussés à quitter leurs pays en guerre. Pour certains, les blessures sont aussi psychologiques», assure Nicolas Delhopital de Famille France-Humanité.

A Menton : «Pour déloger des gens des toilettes, les policiers entrouvrent la porte et gazent»

Mardi matin, comme tous les jours depuis 2016, Jacopo Colomba scrute le poste-frontière, sur la route du bord de mer entre l’Italie et la France, entre Vintimille et Menton. Ce consultant juridique pour l’ONG WeWorld assure son rôle d’observateur. La veille, il y a recueilli le témoignage d’un Algérien «arrêté dans le train et frappé fort par la police» «Il est revenu avec un papier d’un hôpital de Nice, relate-t-il. Il a mal en bas du dos. C’est la même police qui l’a emmené à l’hôpital et qui l’a refoulé.»

A la frontière franco-italienne, les renvois sont quotidiens, la brutalité est fréquente. Depuis 2015, la France a fermé cette voie de passage : les trains sont systématiquement fouillés, les voitures surveillées, et les contrôles réalisés – «parfois au faciès», selon les associations. La répression s’accentue lorsque la pression migratoire se fait plus forte – elle est moindre à l’heure actuelle. «A certains moments, on a des témoignages de comportements brutaux sur des personnes refoulées, confirme Agnès Lerolle, chargée de projet à la Cafi (Coordination des actions aux frontières intérieures), pilotée par cinq associations. Parfois, il y a l’utilisation de gaz lacrymogène de façon abusive dans les trains. Pour déloger des gens des toilettes, les policiers entrouvrent la porte et gazent cet espace réduit jusqu’à ce que les personnes se sentent mal et sortent.»

L’avocate niçoise spécialisée dans la défense des migrants Mireille Damiano parle de «violence institutionnelle récurrente» «A la frontière franco-italienne, on ne peut pas faire de demande d’asile, des mineurs sont renvoyés, des personnes sont privées de liberté pendant plus de douze heures.» Le tribunal administratif de Nice a épinglé à plusieurs reprises la préfecture des Alpes-Maritimes sur ces faits, pointant des «atteintes graves» et suspendant le renvoi de migrants. En 2020, huit dossiers ont été déposés et une trentaine sont en passe de l’être. C’est Me Zia Oloumi qui plaide. «On ne prend pas en compte leur vulnérabilité. […] Ils n’ont pas d’interprète, pas de couverture, ils dorment par terre. On n’est pas dans le contrôle, on cherche à les dégoûter pour qu’ils ne passent plus par là.»

Les informations circulent sur les téléphones : il faut éviter ce poste-frontière. Alors les migrants prennent toujours plus de risques et se mettent en danger : ils courent sur l’autoroute, marchent sur les chemins escarpés en montagne, grimpent sur les toits des trains. Le 8 octobre, un jeune homme est mort électrocuté sur un wagon qui circulait entre Vintimille et Menton.

Dans les Alpes : «Au Poste, un policier a dit : « Regarde, ce sont les nègres de la dernière fois »»

Ces derniers mois, si les témoignages de violences directes se sont faits plus rares à Briançon (Hautes-Alpes), selon Tous Migrants, la pression policière sur les exilés et les maraudeurs ne s’est en rien allégée. Depuis huit jours, les forces de l’ordre présentes à Briançon ont encore été renforcées, «compte tenu de l’évolution de la menace terroriste», précise la préfecture des Hautes-Alpes, avec la mobilisation de militaires de la mission Sentinelle aux côtés de la de la police aux frontières (PAF) et des diverses forces de gendarmerie. Jeudi, deux maraudeurs ont été placés en garde à vue pendant 48 heures, alors qu’ils venaient de secourir une famille d’Afghans, dont une mère enceinte souffrante et ses deux enfants. Ils ont été reconduits en Italie après huit heures de rétention, témoigne Agnès Antoine, de Tous Migrants.

Perquisition chez le militant Cédric Herrou à Breil-sur-Roya, en 2017. Photo Laurent Carré pour Libération

Des dizaines de témoignages recueillis ces dernières années auprès de migrants à Briançon ont été rapportés par Stéphanie Besson dans son livre Trouver refuge (Glénat, 2020) : «Au poste de la police aux frontières, un policier a dit : « Regarde, ce sont les trois nègres de la dernière fois. »» (P., 21 ans, décembre 2018). Ou encore : «C’était ma quatrième tentative, j’étais épuisé. Après un très bref entretien, j’ai été détenu pendant environ huit heures dans un local avec huit autres personnes. Nous avons demandé quelque chose à manger et à boire mais les policiers ont refusé.» (S., août 2019).

Des constats confirmés lors d’une mission d’observation menée en octobre 2018 sur la frontière briançonnaise. Le collectif d’associations à son origine a relevé des «pratiques illégales et dégradantes» des forces de l’ordre : «Refoulements de personnes exilées dont des mineurs, contrôles discriminatoires, courses-poursuites dans la montagne, propos menaçants et insultants, entraves à l’enregistrement de demandes d’asile…» Parfois, des sanctions sont prises : deux agents de la police aux frontières ont ainsi été condamnés en juillet par le tribunal de Gap à de la prison avec sursis et à une interdiction d’exercer une fonction publique pendant cinq ans. Le premier a été reconnu coupable de «violences commises par une personne dépositaire de l’autorité publique» sur un jeune migrant malien, l’autre de «détournement de fonds» après une contravention dressée contre un migrant, des faits remontant à l’été 2018.

Au-delà de ces dérapages, la pression policière sur la frontière pousse là encore les migrants à prendre des risques en altitude, de nuit, comme à la frontière italienne : des dizaines se sont blessés gravement, certains ont été amputés pour gelures, et cinq sont morts durant leur traversée depuis 2017, dont Blessing, une Nigériane de 18 ans qui s’est noyée en mai 2018 dans un torrent, alors que des gendarmes mobiles la poursuivaient.

Stéphanie Maurice à Lille , François Carrel à Grenoble , Mathilde Frénois à Nice , Gurvan Kristanadjaja

Des migrants place de la République, sans la République

Des migrants place de la République, sans la République

Par Sébastien Thiéry

POLITISTE ET ÉCRIVAIN

Des centaines d’exilés laissés à la rue après l’évacuation d’un campement en Seine Saint-Denis ont essayé lundi 23 novembre de s’installer place de la République à Paris. Soutenus par des associations et des élus, ils espéraient ainsi se rendre visibles. Ce qui a été visible, c’est la violence de leur évacuation par les forces de l’ordre, suscitant critiques et indignations. Mais combien, parmi les organisateurs de cette action et les indignés de ce matin, ont sincèrement cru à un autre déroulement, à un autre dénouement ?

Au beau milieu de cette grande place parisienne vibrent des allégories : de la République, tout au sommet, rameau d’olivier pour dire la paix main droite, tablette portant inscription « Droits de l’Homme » main gauche ; de la liberté, de l’égalité, de la fraternité un étage plus bas, adossées au piédestal de pierre blanche, protégées par le suffrage universel, lion sculptural tout de bronze dressé, vif et souverain. Sous les yeux de cette assemblée grandiose des bataillons de forces de l’ordre ont hier soir, lundi 23 novembre, expulsé avec la violence que l’on sait des personnes migrantes et des militants ayant installé là, précisément là, un campement.

publicité

Hurlements, coups de matraques, tentes arrachées. Epaisses vapeurs de gaz asphyxiants, corps à corps brutaux, foules compactes malmenées, passages à tabac. Quelques élus, portant écharpes telles des boucliers, bien visibles. Nombre de journalistes, caméras au poing, scrutant les visages à découvert, masculins comme féminins, de gendarmes mobiles survoltés. Dispersions, fuites, nouveaux passages à tabac dans les rues adjacentes. Ce matin, les images en clair obscur tournent à foison, accompagnées du concert d’indignation que l’on sait : « Honte », « Tristesse », « Rage », « Consternation ». En place, les allégories semblent, impassibles, trôner toujours.

Combien, parmi les organisateurs de cette action et les indignés de ce matin, ont sincèrement cru à un autre déroulement, à un autre dénouement ? Que veut dire cette déploration devant des actes aussi prévisibles, devant des forces de l’ordre dont on ne découvre évidemment pas en novembre 2020 le manque d’humanité, devant des pouvoirs publics desquels on n’attend sûrement pas un geste de bonté enfin ? Quel est le sens de cette levée d’indignation unanime ce matin sur les réseaux sociaux, comme s’il s’agissait d’un réveil, comme si cette violence était proprement inouïe ? Le programme policier est absolument connu, inlassablement répété depuis des années, martelé par ses commanditaires, rendu manifeste à chaque occasion, en l’occurence 65 fois à Paris depuis 2015.

On dit filmer la violence pour la dénoncer, on ne fait qu’en promouvoir l’énoncé en colportant les preuves de sa vigueur sans faille. Il est avéré, enregistré, définitivement entériné que les pouvoirs publics ont renoncé à quelque politique d’hospitalité que ce soit, et le clament à la force d’opérations militaires toujours un peu plus spectaculaires. La terreur est un discours en actes qui, grâce aux images qu’elle engendre et qui tournent alors, porte à tout va, aussi loin que possible espère-t-on sans doute en haut lieu. Renoncer à accueillir, c’est dissuader celles et ceux qui sont encore loin de se rapprocher, c’est conseiller celles et ceux qui sont ici de fuir très loin, c’est raconter aux riverains que ces gens-là ne font que causer des problèmes et les dissuader donc qu’ils s’en mêlent. Détruire, expulser, matraquer, c’est évidemment aggraver la détresse, non y répondre, c’est enfoncer les personnes et leur faire entrer dans le crâne qu’il n’y aura pas d’issue. La violence éclatante d’hier soir, place de la République, est une leçon magistrale coorganisée, certes à leurs corps défendant, par celles et ceux qui la déplorent.

Sous tente, à portée de la violence la plus bestiale, ces êtres humains se trouvent encore et toujours surexposés à leur propre effacement.

Mais tout est bien plus faux que cela, et plus grave encore. Les quelques élus présents hier soir en soutien de ce campement de militants davantage que de migrants répétaient l’indiscutable sentence : « Il s’agit de rendre visibles celles et ceux qu’on invisibilise ». Sur la question du visible, l’élu s’y connaît se dit-on, sachant apparaître par exemple lors d’un tel moment médiatique avec l’espoir, à peine masqué, d’un gain d’image. Mais cette sentence indiscutable de professionnel de l’opposition mériterait enfin qu’on la discute jusqu’à s’en passer peut-être. Car ces dits « migrants », qui ne le sont que depuis quelques mois, ne cessent d’être surmédiatisés en tant que pauvres errants, ne cessent d’être exposés aux yeux de tous comme autant de vies nues.

L’opération d’hier n’en finit plus d’alourdir ces images et d’accabler les personnes : sous tente, à portée de la violence la plus bestiale, ces êtres humains se trouvent encore et toujours surexposés à leur propre effacement. Cette manière de « rendre visible » une misère en la faisant coller à la peau de « ces gens-là » prolonge la casse humaine de femmes, d’hommes, d’enfants qui s’avèrent pourtant les rescapés d’une traversée terrible, des rêveurs colossaux inimaginables, des bâtisseurs jusqu’alors inarrêtables.

Cette action « coup de poing » renforce le mensonge à l’endroit d’une humanité prétendument dénuée de tout, qu’il faudrait « prendre en charge » comme on le dit du fardeau, qui exigerait un « devoir d’humanité » comme si cela pouvait nous en coûter. Hier, des personnes extraordinaires ont été placées une nouvelle fois nues sous les yeux de la République, visiblement en position d’humiliés, manifestement dépendantes, par la plainte, de pouvoirs publics qui en nient ouvertement l’humanité.

Peut-être l’immobilité de la République, hier sur place, témoigne-t-elle d’une sidération devant un tel théâtre. Elle n’est évidemment pas « en marche », comme le scandent celles et ceux qui, commanditant une telle violence, en piétinent les principes les plus élémentaires et devraient sur-le-champ être jugés et lourdement condamnés pour violence en bande organisée. Elle n’est cependant pas davantage « debout », pauvres tentes en main, migrants à ses pieds, hurlant à l’État qu’il faut faire quelque chose comme si, dans le fond, l’hospitalité pouvait s’administrer.

La République est absente d’une telle scène où ce qui se joue est parfaitement étranger à ses desseins. Hier soir, comme ce matin, comme tous les jours, elle se trouve rayonnante dans les gestes de celles et ceux qui, sur mer comme sur terre, font l’hospitalité, reconnaissant l’humanité majuscule de ces personnes qui, cherchant refuge parmi nous, bâtissent plus que de raison. La République est cette communauté œuvrante, en pleine possession de ses responsabilités extraordinaires, au travail d’inventer les mondes qui viennent, s’obstinant à construire les lieux, les relations, les langues, les géographies et les histoires mêlées d’un XXIe siècle qui connaît, et connaîtra bien plus encore, des mouvements migratoires sans précédent.

La République est ce mouvement pionnier, comme il l’a toujours été, qui se lève au-devant des plus grands défis politiques de notre temps et qui, ce faisant, doit entraîner les autorités dans son sillage pour que les outils, les moyens, les soutiens lui soient apportés. C’est cette République qu’il nous faudrait savoir rendre manifeste, non au sol sous la menace, mais au-devant, déclassant cette politique de violence définitivement sans avenir. Ce sont les actes bâtisseurs qu’il nous faudrait savoir dresser en haut-lieu, dont il nous faudrait savoir exposer la beauté et la portée à la vue de toutes et tous, désignant ainsi des chemins possibles à ce qui, ce matin, se trouve encore un peu davantage dans l’impasse.

Sébastien Thiéry

POLITISTE ET ÉCRIVAIN, COORDINATEUR DES ACTIONS DU PEROU (PÔLE D’EXPLORATION DES RESSOURCES URBAINES)

Asile : la France revoit sa position sur l’Afghanistan

Asile : la France revoit sa position sur l’Afghanistan

Dans deux décisions, la Cour nationale du droit d’asile considère que la violence régnant à Kaboul ne justifie pas d’octroyer une protection internationale.

Par Julia Pascual Publié hier à 18h33, mis à jour hier à 19h10, LE MONDE

Cela prend la forme feutrée et jargonneuse des décisions de justice administrative, mais cela n’en reste pas moins un événement dans le domaine de l’asile : vendredi 20 novembre, la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) a rendu publiques deux décisions datant du 19 novembre et mettant fin à la jurisprudence dite « Kaboul », en vigueur depuis 2018.

Celle-ci permettait jusque-là à la CNDA d’accorder une protection quasi systématique aux demandeurs d’asile afghans. Même si ces derniers n’étaient pas personnellement persécutés dans leur pays, elle considérait qu’une menace grave pesait sur eux en raison de la violence aveugle régnant à Kaboul, ville par laquelle doit passer un demandeur d’asile débouté et renvoyé dans son pays.

En se penchant sur le cas de deux Afghans, la CNDA s’est réunie en grande formation et a réévalué sa position. Elle a rejeté les recours des deux demandeurs afghans et considère désormais que « la violence aveugle prévalant actuellement dans la ville de Kaboul n’est pas telle qu’il existe des motifs sérieux et avérés de croire que chaque civil qui y retourne court, du seul fait de sa présence dans cette ville, un risque réel de menace grave contre sa vie ou sa personne ».

« Effet majeur »

Pour Gérard Sadik, responsable de l’asile à La Cimade, « la jurisprudence Kaboul a sauté ». « L’effet de cette décision sera majeur, poursuit-il. Un certain nombre de personnes victimes de la guerre civile vont se retrouver sans protection. »

Pour rappel, les Afghans représentent 2,7 millions de réfugiés dans le monde. La majorité a fui vers le Pakistan voisin. Au sein de l’Union européenne (UE), ils sont les deuxièmes demandeurs d’asile, derrière les Syriens, avec environ 61 000 requêtes enregistrées en 2019. En France, les Afghans sont actuellement les premiers demandeurs d’asile.

Le gouvernement ne fait pas mystère de son souhait de combattre les disparités au sein de l’UE sur les taux d’acceptation des demandes d’asile

Même si leur nombre baisse en 2020, compte tenu des effets de la crise sanitaire, comme l’arrêt des transports et la fermeture des frontières, ils ont déposé jusque-là 7 000 demandes cette année. La plupart de ces ressortissants ont déjà demandé l’asile dans un autre pays de l’UE, le plus souvent en Allemagne, en Autriche ou en Suède, où ils ont été déboutés.

« La décision de la CNDA permet d’envoyer un message, selon M. Sadik. C’est de dire que ce n’est pas la peine de venir en France. » Le gouvernement ne fait pas mystère de son souhait de combattre les disparités au sein de l’UE sur les taux d’acceptation des demandes d’asile, convaincu que cela constitue concernant la France un facteur d’attractivité.

« Des données très quantitatives et datées »

L’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), qui statue en première instance sur les demandes d’asile, a, depuis plusieurs années, réduit le taux de protection accordé aux Afghans, passé de plus de 80 %, en 2015, à moins de 60 %, en 2019. Mais, en application de la jurisprudence Kaboul, notamment, la CNDA avait annulé 75 % des décisions de rejet de l’Ofpra.

Pour réévaluer le niveau de violence à Kaboul, la CNDA s’est fondée sur un ensemble de données. Elle dit notamment qu’en dépit des attentats perpétrés dans la zone, « il est manifeste que les civils ne constituent pas les principales cibles des groupes insurgés à Kaboul ». Elle cite le nombre de 1 563 victimes civiles en 2019, dont 261 tuées et 1 302 blessées, « soit une diminution de 16 % par rapport à l’année 2018 ». Pour le premier semestre 2020, le nombre de victime civiles dans la province de Kaboul a été de 338 morts et blessés. Elle estime enfin que « l’impact de ces attentats n’est pas de nature à contraindre les civils à quitter leurs foyers et la ville de Kaboul. Au contraire, la ville s’avère être un refuge pour les civils qui fuient les violences dans les autres provinces ».

« Ces décisions ont vocation à permettre au juge de l’asile de suivre une méthodologie quand il évalue la violence dans un pays, quel qu’il soit, en fonction des données les plus actuelles », précise la vice-présidente de la Cour, Isabelle Dely. Une source interne à la CNDA tient toutefois à relativiser la portée de ces décisions : « Elles se fondent sur des données très quantitatives et datées. Or, on peut craindre qu’avec le retrait des Américains et les talibans aux portes du pouvoir, la violence redouble. Les décisions à l’avenir seront fonction de l’actualité. » Pour cette même source, les décisions de la cour « ménagent la chèvre et le chou ». « Elles satisfont ceux qui voulaient un durcissement sur l’Afghanistan, mais n’ont pas la portée d’une jurisprudence », résume-t-elle.

Julia Pascual

 

Les Canaries, débordées par l’afflux de migrants

Les Canaries, débordées par l’afflux de migrants : « Ces citoyens dorment au milieu des rats »

Par Sandrine Morel

Reportage Plus de 17 000 Africains sont arrivés depuis le début de l’année dans l’archipel espagnol, première porte de l’Union européenne.

Près des bateaux de pêche amarrés sur le petit port d’Arguineguin, face aux restaurants et aux hôtels désertés par les touristes, près de 2 000 migrants, en majorité marocains et sénégalais, sont entassés sur un quai dans des conditions déplorables. C’est ici, au sud de l’île espagnole de Grande Canarie, que la Croix-Rouge a monté un campement en août afin de leur prodiguer les premiers soins et de les identifier. Mais il était alors prévu pour 400 personnes. Or, ils sont près de 17 000 à être arrivés sur les côtes des Canaries depuis le début de l’année, dont 5 300 en octobre et 1 400 durant la seule journée du 7 novembre. Du jamais-vu depuis la « crise des pirogues » de 2006 – des milliers de migrants rejoignaient l’archipel depuis l’Afrique.

« Il faut transférer ce campement de la honte », exige Onalia Bueno, la maire de Mogan, commune dont dépend Arguineguin. « Ces citoyens dorment au milieu des rats, sur une couverture, ne peuvent se laver que tous les trois ou quatre jours. Et une quarantaine ont le Covid-19 », ajoute-t-elle, devant le port, interdit d’accès à la presse pour, selon le gouvernement espagnol, « préserver l’intimité des personnes ».

Un navire de sauvetage maritime amène à Puerto de Arguineguin un canoë avec 128 hommes et une femme. CESAR DEZFULI POUR « LE MONDE » Quarante-quatre migrants venus d’Afrique subsaharienne sont gardés par la police après avoir accosté sur la plage Mas Palomas à Grande Canarie, le 1er novembre. CESAR DEZFULI POUR « LE MONDE »

Pour les ONG, l’explication de ce boom migratoire est double. D’une part, la fermeture de la route du détroit de Gibraltar par le Maroc, en 2019, a provoqué le report des flux sur la voie canarienne, beaucoup plus dangereuse. D’autre part, « la pandémie a augmenté le nombre de personnes parties du fait de la crise économique », résume Txema Santana, porte-parole de la Commission espagnole d’aide aux réfugiés (CEAR).

« On ne peut plus gagner sa vie en Afrique. Il n’y a plus assez de poissons, les gros bateaux de Chine et d’Europe prennent tout », raconte Daouda, pêcheur sénégalais de 26 ans parti de Saint-Louis le 15 août pour un avenir meilleur pour lui et pour sa mère, restée là-bas, qui vend normalement ses poissons sur le marché. Comme lui, de nombreux pêcheurs africains ont fait la traversée récemment. « Les gens ne peuvent plus payer le prix, et les restaurants sont fermés… », explique Ahmed un autre pêcheur, marocain, parti de Dakhla, sur la côte du Sahara occidental.

Les migrants rêvent du continent européen

Non loin, devant l’Hôtel Vista Flor Bungalows de Maspalomas, charmant complexe de petites maisons accolées transformées en centre d’accueil pour 500 migrants, les accords mélancoliques de la kora et la voix du chanteur gambien Jaliba Kuyateh s’élèvent du téléphone de trois jeunes Subsahariens. Ils regardent passer les voitures, les yeux dans le vide.

L’hôtel Vistaflor Bungalows de Maspalomas a été transformé en centre d’accueil pour 500 migrants. CESAR DEZFULI POUR « LE MONDE » Des migrants venus d’Afrique subsaharienne sont accueillis à l’hôtel Vistaflor Bungalows de Maspalomas. CESAR DEZFULI POUR « LE MONDE »

Ce mardi 10 novembre, un avion a atterri sur l’île de Grande Canarie pour embarquer les 22 migrants détenus dans le centre d’internement des étrangers (CIE), direction Nouakchott, grâce à la réactivation des accords de rapatriement avec la Mauritanie annoncé quelques jours plus tôt par le gouvernement de gauche. Ce pays africain accepte le renvoi non seulement de ses ressortissants, mais aussi de tous ceux qui sont partis de ses côtes ou ont transité par la Mauritanie. Les Canaries n’ont jamais été le but de ces migrants : ils rêvent du continent européen. Et ils espèrent leur transfert sur la péninsule, comme cela se fait d’ordinaire pour soulager la pression sur les infrastructures de l’archipel.

Daouda est tellement angoissé qu’il a dû être hospitalisé, pris de fortes douleurs dans le ventre, quand il a compris que le document remis par la police à son arrivée était un ordre d’expulsion. « Les migrants reçoivent des papiers qu’ils ne savent pas lire, des ordres d’expulsion qui peuvent faire l’objet d’un recours, et tous ne connaissent pas leurs droits à demander la protection internationale », assure le juge d’instruction Arcadio Diaz Tejera, qui s’est lui-même déplacé au port à trois reprises pour s’assurer que les Maliens, au moins, sont au courant du droit d’asile.

A gauche, Daouda s’entretient par téléphone avec sa famille devant l’hôtel Vistaflor. A droite, un migrant du Maroc s’apprête à prendre l’avion à l’aéroport de Grande Canarie pour se rendre en Espagne continentale, où un parent attend pour le ramener chez lui. CESAR DEZFULI POUR  « LE MONDE »

« Effet dissuasif » des rapatriements

Avec les femmes et les enfants, ce sont les seuls à être transférés presque automatiquement sur la péninsule, car « ils sont les plus susceptibles de voir aboutir leur demande de protection internationale », explique M. Santana. « De nuit, des hommes sont venus attaquer mon village, Kari, dans le nord du Mali, pour qu’on aille faire la guerre, raconte l’adolescent Adama, 15 ans, en français. Je suis malien, je ne peux pas tuer un autre Malien. J’ai couru pour m’enfuir et j’ai perdu ma famille. Je ne sais pas s’ils sont vivants ou morts… »

« Nous sommes passés d’une centaine de places d’accueil à plus de 5 000, et qui plus est en pleine pandémie », souligne Anselmo Pestana, délégué du gouvernement aux Canaries. Lorsqu’ils débarquent, les migrants sont soumis à un test PCR. Les cas positifs sont envoyés en quatorzaine dans un ancien internat, isolé sur la plage volcanique du Cabron, les autres passent la quatorzaine dans des hôtels, où ils sont logés et nourris, dans l’attente d’une solution. Alors que certains observateurs craignent que l’archipel ne suive le chemin de Lesbos, en Grèce, M. Pestena souligne que « le travail de sauvetage maritime que nous réalisons et notre prise en charge des migrants ne sont pas similaires », tout en demandant « l’implication d’autres pays : l’Union européenne ne peut pas laisser les pays frontaliers assumer seuls ce phénomène ».

La commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, en visite le 6 novembre à Arguineguin, avec le ministre espagnol de l’intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a rappelé que les « immigrants économiques », entrés de manière illégale, doivent être renvoyés dans leurs pays. Tout en évoquant la nécessité « d’implanter le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile », et le principe de « solidarité partagée ». M. Marlaska, lui, a promis d’intensifier « la lutte contre les mafias et la coopération effective avec les pays d’origine et de transit, qui nous a permis de réduire de 50 % les arrivées irrégulières en Espagne en 2019 ». Au ministère de l’intérieur, on insiste sur « l’effet dissuasif » des rapatriements.

De crainte d’être le prochain à être rapatrié, Sab, moniteur de sport mauritanien de 26 ans, arrivé le 29 septembre aux Canaries après avoir payé 250 000 francs CFA (380 euros) pour la traversée, s’est dépêché d’acheter un billet pour la péninsule. Il a dû demander de l’argent à sa famille et se débrouiller pour récupérer son passeport.

Daouda, un pêcheur sénégalais, et Azis, un pêcheur marocain, passent la journée à Playa del Inglés. Ils sont arrivés par bateau à Grande Canarie ces dernières semaines et sont devenus amis tout en vivant dans le même hôtel. CESAR DEZFULI POUR « LE MONDE »

Ayoub, marocain de 21 ans d’Oued Eddahab-Lagouira, au Sahara occidental, lui, veut attendre le rendez-vous chez le médecin prévu dans dix jours, pour de « fortes douleurs au cœur », avant de partir sur le continent. Son sort est moins urgent. Pour l’heure, la frontière marocaine demeure fermée. Le 20 novembre, M. Marlaska a une réunion avec son homologue à Rabat pour tenter de le convaincre de la rouvrir. Plus de 1 100 personnes ont encore accosté ce week-end du 14 et 15 novembre sur les côtes des Canaries.

Sandrine Morel Grande Canarie, envoyée spéciale