Une invitation à la délation

Une invitation à la délation

 

Cette page (ci-dessus) a été publié pendant toute une semaine dans la Voix du Nord, le quotidien régional. Présenté comme ça, il s’agit de “sauver des vies” ce qui qui semble réaliste puisque la traversée est dangereuse. Mais dans ce texte, la question de fond de l’accueil digne de personnes est volontairement escamoté, en présentant les exilés comme des délinquants qu’il faudrait dénoncer. L’État choisit de communiquer sur les effets dus aux politiques de migrations, en diabolisant les exilés, sans communiquer sur les causes des départs et surtout sur les effets des politiques nationales et européennes. L’État ne parle pas des conditions de vie dans les pays qui forcent les exilés à partir, l’État ne communique pas sur les ventes d’armes qui accentuent les migrations et qui rapportent de l’argent, l’État ne communique pas sur les conditions de vie dans les pays tiers comme la Libye, et autres pays.
Les préfectures sont condamnées régulièrement sur leurs pratiques qui ne respectent pas la dignité de personnes qui ont des parcours traumatiques.
Alors je dirais à l’État, “SAUVEZ DES VIES” par une politique autre et respectueuse de la vie de personnes qui aspirent à vivre tranquillement comme tout le monde.
Inciter à la délation sans remettre en cause les politiques mises en œuvre, c’est déplacer les responsabilités pour les projeter sur les autres.

Pierre Tourbier