Communiqué de presse : respect des droits aux frontières

#DroitsAuxFrontières

Nous demandons une commission d’enquête parlementaire pour le respect des droits des personnes exilées à nos frontières 

Aujourd’hui, des mobilisations vont avoir lieu dans plusieurs villes-frontières afin d’appeler les député·e·s à l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire pour que soient respectés les droits fondamentaux des personnes migrantes et réfugiées aux frontières intérieures. À midi, au moment où les sirènes des pompiers retentissent partout en France comme autant de symboles de nos alertes, des centaines de personnes seront rassemblées aux frontières à Briançon, à Calais, à Dunkerque ou encore à Hendaye et à Menton mais aussi à Londres, devant l’ambassade de France.

De Grande Synthe à Menton, en passant par la vallée de la Roya et par Hendaye, les frontières françaises sont les lieux d’atteintes inacceptables aux droits fondamentaux des personnes exilées. Absence de tout dispositif sanitaire et social, destruction d’abris, obstacles à la demande d’asile, non-protection des mineur·e·s isolé·e·s, refoulements systématiques, comportements brutaux, harcèlement des personnes qui, par solidarité, tentent d’apporter une aide aux exilé·e·s… La liste d’atteintes aux droits humains est longue.

Malgré les dizaines de rapports venant d’autorités publiques indépendantes et d’ONG qui documentent ces violations, le gouvernement reste sourd à ces alertes. Pourtant, la protection des droits et libertés fondamentales de toute personne constitue un impératif commun sur lequel nous ne pouvons transiger et dont nous appelons la représentation nationale à s’emparer.

Nos associations s’adressent aujourd’hui aux député·e·s pour demander la création d’une commission d’enquête parlementaire afin de procéder à des investigations aux frontières et surtout de proposer des mesures pour que les droits des personnes migrantes et réfugiées soient enfin respectés.

Partout sur les territoires frontaliers, des dizaines d’associations agissant en soutien aux personnes exilées se joignent à cet appel.

Les constats de nos cinq associations et de tous les acteurs locaux sont alarmants. L’état de santé physique et/ou psychologique de ces personnes est dramatique, que ce soit, comme à la frontière italienne, en raison de leurs arrestations, refoulements et privations de liberté dans des conditions indignes, ou en raison du harcèlement et de la destruction de leurs abris, notamment à la frontière britannique.

Rares sont les obligations, prévues par la loi française et le droit international, qui sont respectées aux frontières italienne et espagnole : les personnes ne sont pas informées de leurs droits, ne peuvent pas demander l’asile et certaines sont même détenues pendant des heures sans fondement légal. Ces frontières sont devenues des zones de non-droit, à l’image du lieu d’enfermement situé à Menton, où même des élu·e·s de la République se sont vues refuser l’accès, en octobre et novembre dernier. Sur le littoral nord, les personnes exilées se font expulser de leurs campements précaires sans solution digne d’hébergement.

Tous les jours, les acteurs de terrain recueillent des témoignages de mineurs isolés : leur minorité est rarement prise en compte par les forces de l’ordre aux frontières, qui les refoulent, au mépris des lois françaises et des conventions internationales, aggravant leur précarité et leurs traumatismes. Une fois sur le territoire, leur situation n’est pas meilleure, comme le dénoncent les associations de terrain, notamment à Calais et à Grande Synthe, où ces jeunes survivent en attendant d’essayer d’aller au Royaume-Uni.

Face aux manquements de l’État, de nombreux citoyens, des collectifs et des associations viennent en aide aux personnes exilées. Mais, au lieu de voir leurs missions encouragées, ils doivent faire face à des pratiques d’intimidation, de harcèlement, des poursuites et, dans certains cas, à des condamnations en justice. Le droit international est pourtant très clair : aider des personnes réfugiées et migrantes n’est pas une infraction et aucune poursuite pénale ne devrait avoir lieu.

 

CONTACTS PRESSE

Amnesty International France I Véronique Tardivel I 06 76 94 37 05 I vtardivel@amnesty.fr

La Cimade I Rafael Flichman I 01 44 18 72 62 – 06 42 15 77 14 I rafael.flichman@lacimade.org

Médecins du Monde I 06 09 17 35 59 I presse@medecinsdumonde.net

Médecins Sans Frontières I Laurie Bonnaud I 06 76 61 97 80 I msff-france-com@paris.msf.org

Secours Catholique Caritas France I Djamila Aribi I 06 85 32 23 39 I djamila.aribi@secours-catholique.org

 

Signatures :

Amnesty International France

La Cimade

Médecins du Monde

Médecins sans Frontières

Secours Catholique-Caritas France

Anafé

MRAP

Syndicat des avocats de France

 

Frontière franco-espagnole

Diakité

Collectif Etorkinekin – solidarité migrants

Ongi Etorri Errefuxiatuak – Pais Vasco

SOS Racismo – Bizkaiko SOS Arrazakerria

 

Frontière franco-italienne

Adn Association pour la démocratie à Nice

Collectif Kesha Niya

Diaconia Valdese

Emmaüs Roya

Ligue des droits de l’homme – Nice

OdV Caritas Intemelia

Pastorale des migrants du diocèse de Nice

Roya Citoyenne

Tous Migrants

WeWorld

 

Frontière franco-britannique

ADRA France antenne de Dunkerque

AMIS (Aide Migrants Solidarité Téteghem)

ASR adhérents

Auberge des Migrants

Bethlehem

Cabane Juridique

Cercle de Silence Hazebrouck

Collectif Cambresis pour l’Aide aux Migrants

ECNOU

Emmaüs Dunkerque

Flandre Terre Solidaire

Fraternité Migrants Bassin Minier 62

Help Refugees

Ligue des droits de l’Homme – Dunkerque

Refugee Women’s Centre

Refugee Youth Service

Salam Nord /Pas-de-Calais

SAVE

Solidarity Border

Terre d’Errance Steenvoorde

Terre d’Errance Norrent-Fontes

Utupia56 Calais

 

 


————————————-
CAFFIM – Coordination des Actions à la Frontière Franco-Italienne pour les personnes Migrantes
Projet intégré à la CAFI – Coordination d’Actions inter-acteurs aux Frontières Intérieures, piloté par Amnesty International France, La Cimade, Médecins du Monde, Médecins sans frontières et le Secours Catholique-Caritas France.
La CAFI a pour but de faire respecter les droits fondamentaux des personnes migrantes aux frontières intérieures.

Vous recevez ce message, car vous êtes abonné au groupe Google Groupes « CAFFIM ».
Pour vous désabonner de ce groupe et ne plus recevoir d’e-mails le concernant, envoyez un e-mail à l’adresse caffim+unsubscribe@googlegroups.com.
Cette discussion peut être lue sur le Web à l’adresse https://groups.google.com/d/msgid/caffim/02f601d5aabd%24765c29b0%2463147d10%24%40caffim.com.

Communiqué de presse – Audiences sur les expulsions de Calais le 4 décembre 2019

Expulsion des occupants de terrains à Calais
Ce mercredi 4 décembre à 9h au Tribunal de Grande Instance de Boulogne sur mer, un juge examinera la légalité de ces expulsions

Nous, personnes occupantes de terrains à Calais requérantes et associations en soutien, dénonçons les violations successives du droit à la protection de notre domicile, garanti par la Convention européenne des droits de l’Homme. C’est pourquoi nous saisissons le président du Tribunal de Grande Instance de Boulogne sur Mer d’une procédure de « référé-rétractation » visant plusieurs « ordonnances sur requête » qui ont permis des expulsions à répétition.

La procédure d’ordonnance sur requête est utilisée par les propriétaires pour demander en urgence l’expulsion des occupants de terrains. La décision est prise sans que les occupants ne soient consultés ni même convoqués. Ils n’ont donc aucune possibilité d’y défendre leurs droits fondamentaux. Aucune mise en balance des intérêts des occupants – parfois présents depuis plusieurs mois – et des propriétaires n’est effectuée par le juge qui autorise l’expulsion, contrairement aux prescriptions de la Cour européenne des droits de l’Homme.

A Calais, la fermeture de la frontière entraîne des prises de risques mortels, conséquences directes de la politique de non-accueil qui nous est réservée. Le gouvernement mène sans relâche une politique de lutte contre ce qu’il appelle « les points de fixation », qui consiste en un harcèlement incessant matérialisé par des expulsions quotidiennes. Nous, exilés et habitants des terrains, subissons la violence de ces pratiques. Ce harcèlement est épuisant, tant physiquement que mentalement. Nous sommes constamment forcés de quitter nos lieux de vie au point que nos espaces de vie, de survie, se rétrécissent. Nos biens sont détruits ou confisqués et les personnes sont maltraitées, insultées et/ou arrêtées. Quant aux opérations de prétendue « mise à l’abri en CAES », elles se font sans le consentement des personnes visées.

Par ce référé-rétractation, les habitants des terrains concernés, soutenus par des associations, dénoncent et contestent l’utilisation abusive de cette procédure non contradictoire et, plus globalement, les conditions dans lesquelles les expulsions sont autorisées et réalisées.

Une solution de logement inconditionnelle et viable doit être proposée aux exilés qui vivent à la rue à Calais, quelle que soit leur situation administrative. Si cette exigence était respectée, aucune expulsion ne serait nécessaire. Au lieu de résoudre le problème de l’habitat plus que précaire à Calais en recourant à des solutions dignes et durables, le choix est fait de rendre les occupants des terrains invisibles et de les réduire au silence. C’est cette politique gravement discriminatoire que nous dénonçons.

Par cette action, nous rappelons une nouvelle fois nos requêtes permanentes.
Nous demandons la régularisation de toutes les personnes sans-papiers présentes sur le territoire français, ou l’ouverture de voies sûres et légales de circulation pour tous au sein de l’Union Européenne.
Nous dénonçons les accords du Touquet et les failles du règlement Dublin III, car ces accords entravent la libre circulation des personnes exilées.

Indignés et exténués, nous attendons de la justice qu’elle nous rétablisse dans nos droits à un procès équitable et à la protection de nos domiciles, aussi précaires soient-ils.

3 décembre 2019

Signataires :

  • Des habitants expulsés
  • Le Gisti
  • Human Rights Observers
  • L’Auberge des migrants
  • La Cabane Juridique

Communiqué du GISTI : La radicalisation… de l’ordre public

Communiqué du Gisti

La radicalisation… de l’ordre public

- Mercredi 6 novembre 2019 : la brigade de gendarmerie de Norrent-Fontes (Pas-de-Calais) mobilise sept gendarmes, un hélicoptère et trois véhicules pour confisquer deux tentes et trois bâches posées en plein champ entre une autoroute et une route nationale, en présence de six des exilé·es qui s’y s’abritaient et de quelques bénévoles venus leur apporter des crêpes ; l’une de ces bénévoles sera ensuite convoquée et entendue à la gendarmerie pour « dépôt d’immondices ». Ou quand le grotesque le dispute au honteux.

- Jeudi 14 novembre 2019 : le préfet du Val-de-Marne renvoie vers son pays d’origine un demandeur d’asile vénézuélien incarcéré à Fresnes – qui avait difficilement obtenu l’enregistrement de sa demande d’asile sur injonction d’un juge – alors qu’il était convoqué quelques jours plus tard à un entretien avec un officier de protection de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). Ou quand un représentant de l’État s’assoit sur le droit d’asile.

- Samedi 16 novembre 2019 : à la sortie du tribunal qui vient de les relaxer de poursuites du chef de « groupement en vue de commettre des violences », une femme et un homme de nationalité belge interpellé·es pendant une manifestation des « gilets jaunes » sont enfermé⋅es en rétention par le préfet de police de Paris qui a délivré à leur encontre une obligation de quitter le territoire français ; motif ? leur comportement personnel constituerait, « du point de vue de l’ordre public ou de la sécurité publique, une menace réelle, actuelle et suffisamment grave à l’encontre d’un intérêt fondamental de la société ». Ou quand, pour étouffer le droit de manifester, les textes protégeant les citoyen.nes de l’Union européenne contre une expulsion sont délibérément transgressés.

- Jeudi 21 novembre 2019 : le premier président de la cour d’appel de Paris valide le placement en rétention pour 28 jours, décidé par le même préfet de police de Paris et pour le même motif, d’un Italien établi en France, interpellé le 16 novembre au soir près de son domicile parisien alors que la manifestation des « gilets jaunes » est terminée et qu’aucune charge n’a été retenue contre lui à l’issue de sa garde à vue. Ou quand un juge prête la main à la violation du droit européen pour se ranger, coûte que coûte, du côté de la répression de la contestation.

Regrettables exceptions ? Simples bavures ? En réalité, il ne se passe pas de jour sans que des personnes étrangères soient la cible de la violence institutionnelle qui, s’exerçant indistinctement sur les plus précaires, va crescendo au fur et à mesure que l’exécutif se raidit. Sans surprise, elle s’étend aux étrangers et étrangères soupçonné·es de s’associer aux manifestations d’une opposition populaire.

La doctrine de maintien de l’ordre aujourd’hui à l’œuvre libère une violence policière assumée, destinée à dissuader d’apparaître ou de se maintenir dans l’espace public aussi bien des exilé·es dans le plus complet dénuement que des manifestant·es dont l’insistante détermination dérange.

En accumulant ces démonstrations de crispation autoritariste, des préfets et des juges se font les premiers de cordée d’une nouvelle conception de l’ordre public, un ordre public de combat qui maltraite, nasse, frappe disperse et expulse dans un même mouvement.

Instruments de contrôle des étrangers et de répression de la contestation sociale sont indifféremment activés par les tenants d’une politique également hostile aux un·es et aux autres. Comme s’ils anticipaient, en somme, la convergence des luttes de tou⋅tes celles et ceux qui subissent aujourd’hui la violence d’un ordre public radicalisé.

Le 2 décembre 2019

 

[Legal team] En cas de rencontre avec la police

Que faire en cas de rencontre avec la police :

Avant de partir en manifestation :

  • Pense à avoir le numéro du téléphone de la Legal team sur toi
  • Pense à avoir le nom d’un.e avocat.e
  • Dans l’idéal, écris les numéros de téléphone de la Legal team et d’un.e avocat.e sur ton bras, pour pas qu’ils soient lisibles si tu en as besoin
  • Évite d’avoir sur toi : drogues illégales, objets considérés comme des armes (même par « destination »), carnet d’adresse ou répertoire téléphonique

Lors de la confrontation :

  • Ne laisser aucune personne isolée : en cas de charge policière, essaie de rester avec des gens que tu connais
  • Protège ton visage en cas de lacrymo, mais fais attention, dissimuler volontairement ton visage peut être considéré comme un délit
  • Filme les forces de l’ordre en action : c’est un droit, malgré les demandes d’arrêt qu’ils peuvent prononcer
  • Repère (si possible) les matricules, plaques d’immatriculation, numéro de compagnie

Contrôles d’identités : les forces de l’ordre peuvent contrôler l’identité de toute personne suspectée d’être l’auteur.e d’une infraction, de se préparer à en commettre une, ou de pouvoir fournir des renseignements sur une infraction, ou pour « prévenir une atteinte à l’ordre public ». Les contrôles d’identités sont aussi possibles dans des zones répertoriées (ports, aéroports, gares). Le procureur peut ordonner par écrit des contrôles massifs dans un espace et un temps limité. Tu es libre d’avoir tes papiers ou non sur toi, mais tu as l’obligation de décliner ton identité. Si cela n’est pas fait, tu peux être emmené-e au poste de police pour vérification d’identité.

Les fouilles dans les affaires personnelles (sac, portefeuille, poches) sont assimilées à des perquisitions. Il faut dont en théorie être suspecté-e d’avoir commis une infraction. Lors d’un simple contrôle d’identité, seule la «palpation de sécurité » est autorisée. Dans ce cas, elle doit être faite par une personne du même sexe que la personne palpée, si cette dernière le demande. En principe, toute fouille doit donner lieu à un procès-verbal qu’il n’y a pas obligation à signer.

En garde à vue :

La mise en garde à vue doit t’être notifiée. Fais attention à l’heure, l’heure prise en compte doit être celle de ton interpellation et non celle de la notification de la garde à vue !!

Tu peux demander :

  • Un.e avocat.e dont tu as le nom ou un.e commis.e d’office
  • Un.e médecin : même si tu es en bonne santé, le certificat médical est une protection en cas de violence policière à venir
  • D’appeler un proche, c’est la police qui appelle pour toi : appelle quelqu’un qui saura prévenir soutiens juridiques et fournir des garanties de représentations. (Les garanties de représentations sont des preuves d’adresse, de boulot, d’études, qui prouvent que tu ne vas pas t’enfuir)

Pour la signature des PV et dépositions, RELIS, si tu constates une erreur, modifie-la au bas de la déposition au stylo. Tu as le droit de refuser de signer également, afin de pouvoir plus tard revenir sur tes déclarations et contester le PV.

REFUSE la comparution immédiate même si les flics te proposent en échange d’écourter la garde à vue.

Ne DIS RIEN même si la police te dit que « tes amis ont parlé », rappelle-toi que les flics ne sont pas tenus de dire la vérité. Il faut s’en tenir à « je n’ai rien à déclarer », «je ne parlerais qu’en présence de mon avocat », c’est un droit. Ceci évite qu’un casier vierge se remplisse d’un coup avec de faits erronés.

En cas d’arrestation : tu peux refuser de signer un PV. Le refus d’empreinte, d’ADN, de signalétique (digitales et photos numérique), de prélèvement biologique sont des délits (à toi de voir ce que tu veux faire).

Les seules informations que tu es obligé-e de donner sont : ton nom, ta date de naissance, ton lieu de naissance.

Filmer les forces de l’ordre : CF circulaire de 2008

Les policiers ne bénéficient pas de protection particulière en matière de droit à l’image : ils peuvent être filmés dans l’exercice de leur fonction, malgré un refus de leur part. Ils ne peuvent pas saisir un appareil photo, une caméra ou leur contenu, à moins qu’il ne s’agisse d’un officier de police judiciaire habilité par le parquet. Vous avez le droit de demander, avant de débloquer votre téléphone, si l’officier est véritablement habilité par le parquet. (Ceci implique que le téléphone soit bloqué par un code d’accès).

Les forces de l’ordre ont en principe l’obligation d’être identifiables : un matricule caché n’est en principe pas autorisé.

Copwatching :

En cas de copwatching, sur une interpellation ou intervention de la police etc… Note :

  • Le type de force de l’ordre : gendarmerie, CRS, police nationale…
  • Le matricule s’il n’est pas caché (situé au niveau du cœur)
  • Le véhicule et la plaque
  • Le numéro de la compagnie et celui du véhicule (marquée en haut à gauche à l’arrière du véhicule)
    • chez les CRS, il s’agit d’un chiffre arabe et d’un chiffre romain renvoyant au numéro de la compagnie
    • chez les gendarmes c’est une lettre et un chiffre
  • L’heure
  • Le lieu
  • Un signe particulier chez les flics : roux, couleur de peau, présence féminine (qui permet d’identifier au mieux la compagnie).

Qu’est-ce qu’une « Legal team »?

Qu’est-ce qu’une legal team ?

Une legal team est un groupe de soutien juridique contre la répression des événements militants. Ce groupe s’inscrit plus largement dans  une pratique plus large et organisée de défense collective qui sensibilise, pose un cadre et rassure les manifestant.e.s.

L’équipe intervient donc en amont de la mobilisation, pendant son déroulement et assure le suivi des incidents s’il y en a.

Ce n’est donc pas une protection contre les débordements car la Legal team n’a aucun contrôle sur le comportement des agents de police et des manifestants . En revanche elle propose une défense collective, qui inclue la totalité des participants à la manifestations. Ce, qu’une erreur soit commise ou non, tout le monde doit être défendu.

En préalable à une manifestation ou une action, sont aussi généralement diffusés le numéro de téléphone de la legal team ainsi que les noms des avocat.e.s qui se sont proposé.e.s. Il faudra les écrire sur le bras afin d’avoir en permanence le numéro de la legal team à appeler et de donner le nom de l’avocat.e en cas d’arrestation.

Dans l’idéal, une équipe d’observateurs peut être présente autour de la manifestation, en retrait afin de limiter au maximum les risques d’interpellation. Ainsi, les membres de l’équipe pourront filmer au mieux toutes les « rencontres » avec la police, et apporter des preuves si besoin. Aucune qualité particulière n’est requise, une légère formation / explication de ce rôle peut être proposée.

Action commune aux trois frontières

APPEL À MOBILISATION LE 4 DÉCEMBRE 2019

 

Mesdames, Messieurs les député·e·s, IL FAUT ENQUÊTER

Amnesty International France, La Cimade, Médecins du Monde, Médecins sans frontières, le Secours catholique et leurs partenaires locaux appellent à une mobilisation le 4 décembre à 12h pour dénoncer les atteintes aux droits des personnes exilées commises aux frontières par les autorités françaises.

Elles appellent à la mise en place d’urgence d’une commission d’enquête parlementaire pour mettre un terme à ces violations.

Aujourd’hui, de nombreuses atteintes aux droits fondamentaux sont constatées aux frontières : absence de tout dispositif sanitaire et social, destruction d’abris, obstacles à la demande d’asile, non-protection des mineur·e·s isolé·e·s, refoulements systématiques, comportements brutaux, harcèlement des personnes solidaires…

Nous demandons aux député·e·s l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire afin de confirmer et de compléter ces constats et, surtout, de proposer des mesures concrètes pour que soient respectés les droits fondamentaux des personnes exilées.

En partenariat avec les acteurs présents sur les terrains, des mobilisations portant les mêmes messages auront lieu sur plusieurs villes-frontières le 4 décembre prochain, lorsque les sirènes des pompiers retentiront partout en France à 12h, comme symboles de nos alertes.

 

RENDEZ-VOUS LE 4 DECEMBRE À :

Briançon : à 11h30 près du rond-point en bas de l’Avenue de la République (la Chaussée) pour former une chaîne solidaire jusqu’à la Sous-Préfecture.

Calais : à 11h30 devant la statue des « Bourgeois de Calais »

Dunkerque : à 11h place Jean Baert

Hendaye : à 11h30 devant la gare SNCF

Menton : à 11h30 Pont Saint Ludovic

 

Premier Bilan de l’Observatoire national des expulsions collectives des lieux de vie informels

Paris, 15 novembre 2019

Aujourd’hui, au moins 91 500 personnes sont contraintes de vivre dans des cabanes, des tentes, des caravanes installées sur des terrains, ou bien d’occuper des immeubles ou des maisons inoccupées1.

A ces conditions de vie indignes s’ajoutent de nombreuses expulsions ! L’observatoire inter-associatif des expulsions collectives de lieux de vie informels2, en place depuis un an, a recensé 1 159 lieux de vie expulsés par les forces de l’ordre en France métropolitaine entre le 1er novembre 2018 et le 31 octobre 2019.

Près de 63 000 personnes vivaient dans ces lieux. Les résultats de l’observatoire des expulsions de lieux de vie informels montrent que :

  • Près de 85% des expulsions ont été recensées dans les seules villes de Calais et Grande-Synthe, où de nombreuses personnes exilées sont contraintes de vivre des semaines, voire des mois, dans des lieux de vie indignes. La grande majorité sont des ressortissants afghans, érythréens et soudanais. Dans ces villes, la base juridique des expulsions est à 94% inconnue : les pouvoirs publics ne s’efforcent même plus de justifier ces pratiques.
  • Les 181 autres expulsions recensées dans le reste du territoire métropolitain ont concerné au moins 15 400 personnes3, originaires pour la plupart d’Europe de l’Est, Roms ou perçues comme telles. A l’inverse de Calais et Grande-Synthe , ces expulsions font le plus souvent suite à des procédures juridiques.
  • Près de 90 % de ces expulsions n’ont donné lieu à aucune proposition de mise à l’abri, d’hébergement ou de relogement suite à leur expulsion. Ceci n’est pas sans conséquence sur les personnes : retour à la rue, errance et reformation d’autres bidonvilles ou squats.

Les associations de l’observatoire des expulsions de lieux de vie informels rappellent que des solutions d’hébergement et de logement dignes et pérennes doivent être proposées à chacun, quelle que soit l’origine des habitants, leur situation administrative, leurs projets et leurs besoins. Les pouvoirs publics doivent se saisir de manière urgente de cette question, pour la dignité des personnes et pour enrayer une des manifestations les plus dures de la crise du logement.

1 : Fondation Abbé Pierre, rapport 2019 sur l’état du mal-logement
2 : Les partenaires de cet observatoire sont : la Fondation Abbé Pierre, Médecins du Monde, la Ligue des droits de l’Homme, le Collectif National Droits de l’Homme Romeurope, la Plateforme des Soutiens aux migrants, la Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les Gens du voyage et l’Association Nationale des Gens du Voyage Citoyens.
3 : Parmi ces personnes, 10 800 étaient encore présentes dans les lieux le jour de l’expulsion.

Téléchargez ici ce communiqué de presse.

Téléchargez ici la note d’analyse.

Lettre des exilés au sous préfet de Calais

Monsieur le sous-préfet,

Nous, les habitants des camps de Calais, aimerions participer aux réunions que vous organisez avec les associations qui nous viennent en aide. Ces réunions sont très importantes pour nous, parce que nous trouvons que nous sommes les plus concernés.

Comme vous le savez, nos conditions de vie sont inhumaines et indignes. Nous vivons comme des animaux cachés dans des bois, notre seule propriété est notre tente et notre sac de couchage. Nous sommes venus à Calais avec l’espoir d’avoir la liberté, la sécurité et un meilleur accueil comparé à la souffrance à laquelle nous étions confrontés dans nos pays d’origine. Mais ce qui nous a attendu, ce sont les violences policières quotidiennes, la pression des évacuations quotidiennes ainsi que les expulsions définitives. Tout ceci nous force à vivre dans des mauvaises conditions d’hygiène : nous n’avons pas de benne à ordure. La municipalité est pourtant forcée de mettre en place des bennes dans lesquelles nous pouvons jeter nos déchets pour éviter le surpeuplement de rats.

Nous voudrions vous rappeler, monsieur le sous-préfet, que comme tout être humain nous voudrions avoir un meilleur avenir. Nous voudrions vous rappeler que la France est un des pays qui a signé la convention de Genève. Cela veut dire qu’elle doit respecter les droits fondamentaux des personnes réfugiées. Le fait que la majorité des demandes d’asile soient rejetées par la France et par les pays européens contraint les personnes exilées à être des nomades à qui aucun droit n’est accordé.

Ce qui nous empêche de sortir de cette misère c’est le règlement Dublin. Voici la traduction d’une lettre rédigée à votre attention par l’un d’entre nous, dont la version originale figure dans ce courrier. Elle illustre les conséquences de ce règlement que nous subissons.

« Voici l’histoire d’exilés africains.

Apparemment je ne peux pas demander l’asile ici encore une fois, parce que je l’ai déjà fait dans un autre pays et ils m’ont rejeté après deux ans. Maintenant je ne peux pas faire confiance à aucun pays, où se répétera le même scénario. Et j’ai des gros problèmes de famille, auxquels personne ne prête attention depuis trois ans. Si je n’avais pas de problème dans mon pays, je n’hésiterais pas à y retourner. Mais j’ai de réels problèmes, laissez-moi vivre. La réalité, personne ne nous regarde comme des humains. Je suis humain, j’ai le droit d’avoir une bonne vie pour mes enfants, en Europe. J’ai vraiment perdu espoir et j’ai besoin d’aller en Angleterre pour accomplir mon rêve. Personne ne me causerait d’ennuis et je pourrais vivre comme un humain.

Je suis désolé de ne pas pouvoir écrire mon nom. »

Les gens arrivent à Calais avec l’espoir de traverser la Manche parce que ça leur semble être la dernière solution. L’accord Dublin est aussi praticable en Angleterre, cela montre que la misère n’a pas de fin.

Il n’existe même pas de protection pour les mineurs alors qu’en France la scolarisation est obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans. La demande de la part des exilés d’aller à l’école est très importante. Cela éviterait aussi aux personnes d’avoir des problèmes physiques et mentaux, donc d’améliorer leurs conditions de vie. Comme un jeune français, les exilés aimeraient aussi avoir des formations pour obtenir un travail dans le futur. Cela leur donne la liberté d’être indépendant.

En parallèle, je tiens à vous dire, monsieur le sous-préfet, que parmi nous se trouvent des personnes avec des qualifications qui pourraient être utiles pour la France. Alors que le fait de ne pas nous laisser l’opportunité de nous intégrer nous empêche d’exercer notre métier qu’on aime et que nous sommes capables d’exercer. Parmi nous il y a des architectes, instituteurs, médecins etc.

Nous voudrions vous dire qu’il n’y a aucune personne qui quitte son pays par plaisir. Le fait est que ces personnes en fuite sont en danger, sachant que qu’elles se feront arrêter, torturer, ou encore assassiner. Nous aimerions que la France donne la protection à ces personnes, non pas qu’elle les renvoie dans leur pays d’origine où leur vie sera forcément en danger. Chacun de nous a déjà été enfermé en centre de rétention pour être renvoyer de France, comme si nous étions des criminels alors que notre seule volonté est d’avoir la liberté.

Nous vous demandons alors d’intervenir à toutes les prochaines réunions que vous aurez avec les associations qui nous viennent en aide, nous avons le soutien de ces associations.

Nous vous remercions pour l’attention que vous porterez à ce courrier,

Cordialement,

Les habitants des camps de Calais.