Outils audiovisuels


Vous trouverez ici un ensemble d’outils audio-visuels pouvant être mobilisés dans le cadre de vos actions de sensibilisation. Ils ont été classés selon 6 thématiques, celles-ci n’étant évidemment pas « étanches » (une vidéo peut parfois explorer les conditions d’exil tout en déconstruisant des préjugés par exemple). Voici les 6 thématiques :

Pour vous guider parmi ces multiples documentaires, films d’animation, infographies, clips et fictions, voici également quelques icônes indicatives :

Indique un niveau de complexité (de 1 à 4) : en fonction du contenu (de généraliste à pointu, avec plus ou moins de concepts mobilisés) et du format (du visuel ludique au long entretien)
Indique que cette vidéo est perturbante, qu'elle peut générer beaucoup d'émotions
Indique que le contenu renvoie ici tout particulièrement à la situation des personnes exilées bloquées à la frontière franco-britannique
Indique qu'une place centrale est ici donnée à la parole des personnes exilées, premières concernées par la situation
Indique que la vidéo présentée ici n'est qu'une bande-annonce. Si vous souhaitez organiser une projection, prenez contact avec la réalisatrice ou le réalisateur, et avec nous pour accompagner la projection !
Indique nos coups de coeur à la PSM, les supports utilisés par les membres de notre réseau !

Si vous avez d’autres vidéos à nous suggérer, des questions ou commentaires sur certains de ces outils, ou encore l’envie d’organiser une projection par chez vous, contactez-nous à sensibilisation@psmigrants.org !

 

Conditions d’exil

 

  • « Escape from Syria. Rania’s Odyssey’s video » – The Guardian (Août 2017 – 22:09, documentaire sous-titré en anglais seulement)

Rania Mustafa Ali est une femme syrienne de 20 ans à qui on a confié une caméra pour filmer sa traversée depuis Kobane (Syrie) vers l’Autriche. A l’image de nombre de personnes entreprenant ce périlleux voyage vers l’Europe, on l’y découvre confrontée aux passeurs, à la violence des agents de frontière, au péril de la traversée en Méditerranée…

  • « L’horreur ne prend jamais de vacances » – Emmaüs (Juillet 2017 – 1:27)

Cette vidéo-choc rappelle que, lieu de vacances pour nombre de français.e.s, la Méditerranée est aussi un immense cimetière pour les personnes en exil qui en tente la traversée. Chaque année, plus de 3000 hommes, femmes et enfants y meurent noyé.e.s.

Dans ce documentaire (1h22min), Abou s’est vu confier une caméra et filme son quotidien, celui des exilé.e.s africain.e.s coincé.e.s à la frontière marocaine, à Melilla, enclave espagnole entre l’Afrique et l’Europe. Ci-dessous, la bande-annonce.

  • « Comme un prisonnier » – DEEP France (Mars 2017 – 16:42)

Mars 2016. Ahmed, professeur de physique en Syrie, a dû fuir la guerre et se retrouve au camp de Calais. A partir de photos prises sur son téléphone, il fait le témoignage de la guerre, sa violence, ses ravages… Le film est lent, donnant toute sa place au vide, à l’attente forcée et à l’ennui. Des exilé.e.s comme prisonnier.e.s à Calais…

  • « D’Omdourdman à Calais » – DEEP France (Mars 2017 – 12:35)

Après la Lybie, puis l’Italie, Muzab et Ali, originaires du Soudan, sont arrivés à Calais. Par le dessin, ils racontent leur parcours, les difficultés de la vie en Lybie et le périple de la traversée en mer. Mal informés, ne parlant pas anglais, et coincés par une traversée presque impossible, ils témoignent de l’incertitude et l’angoisse de leur situation, et de leur rêve d’une vie stable où ils pourraient étudier.

  • « La vie pour bagage » – DEEP France (Mars 2017 – 8:29)

Omar a fui l’Afghanistan il y a 10 ans. Après 7 ans passés en Angleterre, il est expulsé vers Italie, où il obtient l’asile. Sans travail, il revient à Calais pour tenter à nouveau la traversée. Il raconte ici son parcours, sa famille dont il n’a pas de nouvelles depuis 10 ans, les raisons qui ont provoqué son départ, le quotidien du camp, et les rêves qui maintiennent l’espoir en vie.

Des photos noir et blanc, des dessins, une voix chuchotée : ce Journal d’un exil réalisé par la photographe Marion Potoczny rapporte le récit de Sarang, jeune kurde irakien de 25 ans. Dans le Nord de la France, au camp de Grande-Synthe, son récit personnel s’ouvre sur le souvenir d’un pays martyr et le quotidien de l’attente.

  • « Carte sur table – partie 1 : comprendre les raisons du départ des migrants ». Le Monde.fr (Mai 2015 – 7:04)

Cette émission de « Cartes sur table » (données de 2015 à actualiser) s’interroge sur les raisons qui poussent des milliers d’exilé.e.s à quitter la Syrie, l’Érythrée ou le Mali pour tenter de s’installer en Europe. Elle s’attarde ici sur la situation en Érythrée, avec Léonard Vincent, spécialiste de la région.

  • « Carte sur table – partie 2 : les routes dangereuses des migrations » – Le Monde.fr (Mai 2015 – 6:50)
Cette 2ème partie étudie les parcours des exilé.e.s et souligne les dangers et violences rencontrés sur ces routes. Elle est suivie d’un entretien avec Cécile Allegra, journaliste et co-auteure du documentaire « Voyage en Barbarie », sur le trafic d’êtres humains dans la péninsule égyptienne du Sinaï.

  • « Miniyamba (Walking blues) » – Luc Perez (Octobre 2012 – 14:54)

Musique et animation se combinent ici dans un hommage à celles et ceux qui partent : comme des dizaines de milliers de personnes, Abdu, musicien malien, a décidé de gagner l’Europe. Un voyage du fleuve Niger aux barbelés de l’enclave de Ceuta, où les rêves d’Occident se confrontent à la dure réalité des exilé.e.s…

Un dessin simple et épuré, presque ludique, pour rendre toute la souffrance du parcours d’exil : « Bon voyage » est une animation pour le moins déstabilisante… Et lorsque la personne en exil arrive enfin en Europe, après un voyage harassant, elle doit affronter la brutalité d’une autre réalité : le traitement que celle-ci réserve aux exilé.e.s.

Retour au sommaire

 

Accueil et non-accueil

 

  • « AL HURRIYA الحریة – Freedom – Liberté » – Loup Blaster (Novembre 2016 – 7:02)

Réalisé à la façon d’un collage où se mêlent dessin sur papier et animation numérique, ce film dresse un portrait de la situation à Calais, là où les exilé.e.s restent bloqué.e.s à la frontière, entre les squats et les camps.

  • « Welcome chez nous » – Adrien Pinon (Mai 2017 – 0:59)

Bande-annonce d’un documentaire (52 min) qui suit l’arrivée de 30 Afghans à Serquigny, village normand de 2000 habitant.e.s, suite à la destruction de la « jungle » de Calais par l’État. On y suit pendant 7 mois le quotidien de ces 30 jeunes hommes, entre inquiétude de nombre d’habitant.e.s, franche opposition de certain.e.s, mais aussi une solidarité croissante.

  • « Le cerf-volant » – DEEP France (Mars 2017 – 5:14)

Mars 2016. Plusieurs familles, kurdes, afghanes et syriennes, vivent dans des caravanes au sein du camp de Calais. Juste avant la tombée du jour, des petites filles et leur famille tentent de faire voler un cerf-volant.

  • « 25 mars » – DEEP France (Mars 2017 – 12:25)

Neuf habitants iraniens ont entamé une grève de la faim et se sont cousus les lèvres pour protester contre la destruction d’une partie du camp de Calais. Le 25 mars 2016, une conférence de presse est organisée : ils parlent de l’inhumanité des traitements subis en France et en Europe, et de la situation de violence généralisée dans laquelle sont forcé.e.s de vivre les exilé.e.s.

  • « Le projet de Sikander » – DEEP France (Mars 2017 – 7:12)

Mars 2016. Malgré ses innombrables difficultés et sa violence, la « jungle » de Calais est un lieu de vie où cohabitent et s’organisent des personnes de diverses origines, religions et nationalités. Sikander parle ici de la vie dans le camp et de son initiative pour accueillir et protéger les mineur.e.s.

En janvier 2016, à la demande d’Arte, Yolande Moreau se rend une dizaine de jours sur le camp de Calais et celui de Grande Synthe (alors camp du Basroch). Le documentaire qui en ressort est un mélange d’entretiens de terrain, avec exilé.e.s et bénévoles, et de lecture de textes du poète Laurent Gaudé.

Extrait d’un film de 2008 (52 min) qui documente, sans commentaire, sans interview, la survie des personnes exilées, alors au cœur de Calais. Six ans après la fermeture du centre de la Croix Rouge de Sangatte, les personnes errent dans la ville, privées de tout, harcelées par la police, mais partageant aussi une extraordinaire vitalité.

  • « De Sangatte à la « jungle », comment Calais est devenu un point de fixation » – Le Monde.fr (Octobre 2016 – 6:16)

Petite vidéo journalistique de 6 minutes qui tente, cartes à l’appui, de retracer l’histoire de l’installation des personnes exilé.e.s à Calais entre 1999 et 2016. On y parle délocalisation de la frontière en France, sécurisation croissante, dispersion permanente des campements puis création de la nouvelle « jungle », avant sa destruction en octobre 2016.


  • « Un paese du Calabria » (Un village de Calabre) – Shu Aiello et Catherine Catella (Mars 2016 – 1:29)

Bande-annonce d’un documentaire (1h31min) racontant l’histoire de Riace, village de Calabre vidé de sa population par l’exode rural, qui, il y a 20 ans, fait le choix de l’accueil des exilé.e.s qui viennent s’y échouer. Petit à petit, exilé.e.s et villageois réhabilitent les maisons abandonnées, relancent les commerces et assurent un avenir à l’école. Ce qui n’empêche pas les débats lors des élections locales…

  • « J’ai marché jusqu’à vous – récits d’une jeunesse exilée » – Rachid Oujdi (Juin 2016 – 2:18)

Bande-annonce d’un documentaire (52 min) consacré à des « mineur.e.s isolé.e.s » venu.e.s principalement d’Afrique et du Moyen-Orient, et qui débarquent à Marseille. Alors même que la France a une obligation légale de protection, ces jeunes se retrouvent trop souvent à la rue, confronté.e.s aux réseaux malveillants et à la suspicion des institutions.

Le chanteur HK a tourné un clip, qui reprend des images du documentaire de Rachid Oujdi. « J’ai marché jusqu’à vous » – HK (Kaddour Hadadi) (Novembre 2016 – 4:19)

  • « Terraferma » – Emanuele Crialese (Mars 2012 – 1:10)

Bande-annonce de ce fiction italienne de 2011 (1h28min) qui raconte le naufrage d’exilé.e.s sur une petite île au large de la Sicile. On y vit moins de la pêche désormais que du tourisme, et l’arrivée des exilé.e.s est donc perçue par certain.e.s comme une nuisance. De là de fortes tensions entre le refus du renoncement à l’hospitalité d’un côté, et l’impératif de survie économique pour l’île et ses familles de l’autre…

Retour au sommaire

Sur l’engagement aupres des exile.e.s

 

« Le Parapluie » est la première d’une série de courts documentaires qui suivent le travail des bénévoles sur le terrain dans la « Jungle de Calais » . Ce chapitre se concentre sur l’union de deux organisations d’aide humanitaire: L’Auberge des Migrants (FR) et Help Refugees (UK).

Du temps de la « Jungle » de Calais, L’Auberge des migrants et Help Refugees procédaient chaque mois à un recensement des personnes présentes sur le camp, pour les dénombrer et ainsi mieux identifier les besoins et faire valoir les droits de ces personnes. Cette courte vidéo suit le recensement de juillet 2016.

La « Refugee Community Kitchen » est basée dans l’entrepôt de L’Auberge des Migrants/Help Refugees warehouse à Calais. Chaque jour, des bénévoles (venant de France, d’Angleterre ou d’ailleurs) s’y rassemblent pour préparer la nourriture, qui sera ensuite servie aux exilé.e.s laissé.e.s à la rue.

Bande-annonce d’un documentaire réalisé en 2009 (61min) qui suit Valentin, à Calais en 2007. Valentin passe son bac et partage son temps entre le lycée, l’hôpital où est soignée sa mère et l’engagement auprès de jeunes exilé.e.s. C’est l’âge des choix. Valentin avance les yeux ouverts dans un monde vaste et complexe où la question du sens de la vie se présente à chacun de ses pas.

Retour au sommaire

Politiques migratoires et fermeture des frontiEres

 

    • « La migration n’est pas une crise »CNCD 11-11-11 (Octobre 2017 – 3:38)

Ce film d’animation revient sur la politique européenne de fermeture des frontières, en insistant sur le détournement de l’aide au développement, visant à inciter les gouvernements du Sud à construire des murs et des camps… Tout en déconstruisant plusieurs préjugés, cette vidéo plaide pour une « justice migratoire », afin que chacun.e puisse vivre décemment, là où elle ou il le souhaite.

 

      • « Les pays occidentaux accueillent le plus de réfugiés… Vraiment? » – FIDH (Juin 2017 – 2:11)

Ce petit film d’animation retrace le parcours chaotique d’une famille syrienne errant entre la Turquie et l’Union Européenne : absence d’autorisation de travail, traversée en bateau vers la Grèce, encampement grillagé aux marges de l’Europe, refoulements vers la Turquie…

 

      • « Voir pour comprendre : les réfugiés » – Amnesty International ft. Usul (Décembre 2016 – 10:05)

Ce petit film d’animation se concentre sur ce qu’est le droit d’asile et et sur les multiples manières dont celui-ci est bafoué aujourd’hui dans le monde. Il dénonce notamment le choix de États de privilégier le contrôle et la fermeture des frontières sur la protection, rappelant pourtant qu’il n’y a pas de droit d’asile sans droit de passage, et pointe le rôle des politiques et des médias dans la construction des exilé.e.s comme menace.

 

      • « Migrants, mi-hommes » – Data Gueule (Décembre 2015 – 3:58)

Si les chiffres de cette vidéo méritent d’être actualisés, elle n’en tacle pas moins plusieurs idées reçues sur la prétendue importance en nombre ou nouveauté des migrations, et rappelle que la fermeture des frontières coûte très cher aux exilé.e.s : en argent (passeurs), mais aussi en vies perdues…

 

      • « Carte sur table – partie 3 : faut-il ouvrir les frontières aux migrants » – Le Monde.fr (Mai 2015 – 12:52)

Dans cette dernière partie (voir ci-dessus pour les 2 premières), l’émission revient sur les dispositifs de surveillance des frontières et de sauvetage des exilé.e.s qui font naufrage. L’émission se termine par un débat sur l’ouverture des frontières, autour de 2 universitaires : G-F. Dumont et F. Gemenne.

 

      • « Au FRONTEX de l’Europe » – Data Gueule (Juin 2014 – 2:47)

Si ses chiffres sont à actualiser, cette vidéo vous invite à vous questionner sur FRONTEX, agence de surveillance des frontières : budget en explosion alors que « l’immigration clandestine » chute ; technologies de contrôle toujours plus délirantes ; accords avec des pays frontaliers comme la Lybie…

 

      • « 2 minutes pour comprendre comment l’Europe se barricade » – Libération.fr (Juin 2014 – 2:57)
Les faits datent ici de 2013 (l’opération de sauvetage en mer a par exemple été abandonnée), mais la vidéo a le mérite de décortiquer les opérations successives de fermeture des frontières. Pour quel résultat ? Les exilé.e.s empruntent de nouvelles voies, toujours plus coûteuses et dangereuses…

 

      • « Lettre ouverte à Monsieur le Préfet » – Collectif « Tous migrants » à Briançon, via La Cimade (Avril 2017 – 10:50)

Vous avez (vaguement) entendu parler des accords de Dublin, obligeant les personnes en exil à demander l’asile dans le premier pays européen d’arrivée ? Ce documentaire vous invite à réfléchir, à échelle humaine, aux conséquences de ces accords. Adressé au préfet des Hautes-Alpes, il porte la parole de personnes en exil et de celles qui les accompagnent.

Retour au sommaire

Deconstruire quelques prejuges

 

      • « La migration n’est pas une crise »CNCD 11-11-11 (Octobre 2017 – 3:38)

    Ce film d’animation revient sur la politique européenne de fermeture des frontières, répond à l’idée — fausse — que la migration serait « une crise », une menace pour les populations européennes, leurs emplois, leur richesse, etc., et pointe la différence de traitement entre « migrants du Sud » et touristes ou expatrié.e.s du Nord…

     

    • « Les pays occidentaux accueillent le plus de réfugiés… Vraiment? » – FIDH (Juin 2017 – 2:11)

Les pays occidentaux accueillent le plus de réfugiés… Vraiment ? Les personne en exil sont, pour la plupart, contraintes de rester près des zones qu’elles fuient. Pour les autres, les frontières de l’Europe se durcissent et les renvois de personnes se multiplient vers des pays tiers…

      • « Migrants, mi-hommes » – Data Gueule (Décembre 2015 – 3:58)

Si les chiffres de cette vidéo doivent être actualisés, elle n’en tacle pas moins plusieurs idées reçues sur la prétendue importance en nombre ou nouveauté des migrations, et rappelle qu’une majorité des personnes en exil le sont aujourd’hui au sein de leur pays ou dans les pays limitrophes.

      • « Défense de nourrir les préjugés » – Le CIRÉ (Avril 2016 – 0:46)

Dans cette courte vidéo, on joue sur les mots « réfugié.e.s » et « préjugé.e.s », en parlant des préjugés comme on parle parfois des réfugiés. La vidéo est belge et fait suite à la déclaration d’un responsable politique qui demandait de « ne pas nourrir les réfugiés, sinon d’autres viendront »…

      • « Immigration: Pour déjouer les idées reçues et les manipulations » – Médiapart (Mars 2017)

Médiapart accueille l’économiste El Mouhoub Mouhoud. Dans son livre « L’immigration en France – Mythes et réalités « , ce dernier s’attaque à différents mythes qui voudraient « que la France accueille toute la misère du monde » ou encore que les immigré.e.s « profitent des budgets sociaux »…

Retour au sommaire

Et si c’etait « nous » ?

Les années s’égrènent ici au rythme des secondes, témoignant des bouleversements qu’une guerre (hypothétique) a dans la vie de cette enfant londonienne. Conçue pour alerter sur la situation des enfants syrien.ne.s, la vidéo veut passer le message suivant : ce n’est pas parce que l’horreur n’arrive pas chez nous qu’elle n’a pas lieu.

      • « Still the Most Shocking Second a Day » – Save the Children (Mai 2016 – 1:56)

Cette seconde vidéo imagine la même enfant londonienne fuyant une guerre civile dans son pays et cherchant refuge ailleurs.

      • « When you don’t exist » – Amnesty International (Juin 2012 – 2:10. En anglais seulement)

Dans cette vidéo-fiction, ce sont des exilé.e.s européen.ne.s qui cherchent refuge en Afrique…

Retour au sommaire