Ouistreham, 5 fois moins de migrants qu’il y a un an

A Ouistreham, il y a 5 fois moins de migrants qu’il y a un an : pourquoi ?

À Ouistreham, le nombre de réfugiés a considérablement baissé. Ils sont aujourd’hui une trentaine, contre plusieurs centaines au plus fort de la crise migratoire.

À Ouistreham le nombre de migrants qui stationnent a beaucoup baissé, de plus de 200 à 35 environ aujourd’hui.À Ouistreham le nombre de migrants qui stationnent a beaucoup baissé, de plus de 200 à 35 environ aujourd’hui. (©Archives Nicolas Claich/Liberté le Bonhomme Libre)Depuis l’été 2017 la crise migratoire est une réalité à Ouistreham près de Caen (Calvados). Cette année-là, la ville découvre que son port, qui relie Portsmouth via les navires de la Brittany Ferries, est une porte d’entrée prisée des réfugiés qui veulent se rendre au Royaume-Uni.

Essentiellement Soudanais fuyant la guerre et la pauvreté, ces (très) jeunes Africains ont délaissé Calais. D’autres ont transité par Paris, mais tous n’ont qu’un but : partir en Angleterre, ne pas rester en France. Miguel, responsable de la première heure du CAMO (collectif d’aide aux migrants de Ouistreham) estime qu’en deux ans et demi « plusieurs centaines sont passés en Angleterre. »

35 contre 200

La préfecture du Calvados n’a, elle, jamais communiqué de chiffres. En revanche aujourd’hui, les services de l’État, la municipalité et les associations d’aide aux réfugiés s’accordent sur le nombre actuel de migrants. 35 pour le CAMO (qui en comptait « 130, 160 l’an dernier ») et le maire de Ouistreham Romain Bail. Une « quarantaine, ou une cinquantaine » pour la préfecture.

« On constate une baisse globale depuis plusieurs mois », confirme Bruno Berthet, sous-préfet et directeur du cabinet du préfet du Calvados.

De multiples raisons

Là où les bénévoles et l’État se rejoignent également, c’est sur les raisons de la baisse du nombre de migrants. « Il n’y a pas d’explication immédiate », confie Bruno Berthet. « Je n’ai pas d’explications claires », abonde Miguel.

Les deux parties avancent néanmoins les mêmes pistes : « le blocage des frontières en Méditerranée ou ailleurs (CAMO) », « le contexte extérieur (préfecture) ».

La sécurisation renforcée du terminal portuaire, à la fois pour les migrants et pour préparer le Brexit est l’autre raison évoquée. Les camions dans lesquels les réfugiés tentaient de monter en pleine rue ont également vu leur sécurité renforcée.

« Les bénévoles ne lâchent rien »

Mais si le nombre de réfugiés a baissé, la crise demeure. Et comme auparavant, la maraude hivernale des services de l’État (mise à l’abri d’urgence à Caen du 31 octobre au 31 mars) n’a attiré depuis son lancement 2019 « que quelques dizaines de personnes », calcule le sous-préfet.

Les migrants en cet hiver doux préfèrent rester dehors. Les 10 couchages mis à disposition par la mairie de Lion-sur-Mer « ne sont pas toujours pleins », ajoute le CAMO.

Les bénévoles qui aident au repas, aux vêtements, à la santé, en revanche « ne lâchent rien », insiste Miguel. « Notre conviction reste profonde. » Le travail de longue haleine paye aussi :

Depuis le début de notre action, onze personnes ont obtenu leur papier de réfugiés.

Bailleul : un Formule 1 devenu CAES puis CAO puis HUDA

Ni vu ni connu
À Bailleul le Formule 1 a fermé ses portes il y a quelques temps. L’état l’a racheté comme 60 autres.
Il y a environ 3 ans, l’État a décidé de le transformer en CAES ( centre d’accueil et d’examen des situations), autrement dit un accueil inconditionnel pour les personnes qui se trouvaient à Dunkerque. Super enfin l’état avait une attention pour ceux qui ne demandais pas forcément l’asile.
C’est Adoma qui a été nommé pour gérer ce centre qui pouvait accueillir jusqu’à 80 personnes.
Pour ceux qui connaissent un peu les Formule 1, il faut savoir qu’il n’y a eu aucun travaux. Ce qui veut dire que pour cuisiner les résidents disposaient de 2 plaques électriques, d’un mini four micro-ondes, d’un cuiseur à riz ainsi que d’une bouilloire, tout ceci dans l’entrée du Formule 1. On voyait donc des mamans descendre avec un faitout pour cuire le repas obligées de remonter dans leur chambre parce qu’ aucun élément de cuisson n’était disponible.
Il n’y avait non plus aucune machine à laver pour la lessive alors que c’était essentiellement des familles avec petits enfants.
Les chambres de Formule 1 sont conçues pour 3 personnes. Quand la famille avait 2 enfants, elle disposait de 2 chambres; le père dormant avec l’un, la mère avec l’autre.
Bien sûr, aucun espace de jeux n’avait été aménagé. On peut imaginer l’ambiance les jours de pluie.
Quelques mois après sans qu’on soit averti de quoi que ce soit je me suis rendue compte que le CAES était devenu un CAO ( centre d’accueil et d’orientation) toujours géré par Adoma. Et encore quelques temps après le CAES devenu CAO était un Huda. Autrement dit l’accueil inconditionnel s’était transformé en accueil de demandeurs d’asile. Ni vu ni connu….
Pour la défense de l’État mais ça c’était largement prévisible, très rapidement des passeurs s’étaient introduits au CAES. Les poids lourds qui stationnaient sur le parking en face on vu leur bâche tailladée. Un soir une rixe a éclaté faisant un blessé et un passeur qui s’était déjà fait repérer dans la ville a été arrêté condamné et incarcéré à Longuenesse où je viens d’apprendre qu’il est décédé sans en connaître les circonstances.
Néanmoins il n’existe toujours pas d’accueil inconditionnel pour les personnes qui n’ont pas encore décidé de demander l’asile.
L’État n’assure toujours pas une information suffisante pour que  les personnes puissent décider et s’engager dans un parcours qu’ils auront choisi en fonction des possibilités.

Claire Cleenewerck

Une distribution particulière à Grande Synthe

 

Aujourd’hui, c’est Olivier de Solminihac, écrivain Dunkerquois qui nous accompagnait sur les sites de distribution. Suivant la lecture du texte « étranger » co écrit par Olivier et lue par un comédien à la communauté emmaus vendredi dernier, des Dunkerquois présents ce soir là nous ont accompagné aussi sur les camps cet après midi.

Pas de CRS en vue !! Je me demande toujours pourquoi, à certains moments cela semble TELLEMENT IMPORTANT qu’ils soient nombreux, et à d’autres moments : PERSONNE !!!

Bon ! distributions sur le grand parking :

du people !

du froid !

très froid !

TROP froid !

Les pakistanais : toujours égaux à eux mêmes, le thé est « prêt » à démarrer…

 et l’on se cale sur leur rythme….

le bois vert doit chauffer !

l’eau (d’un jerrican douteux) doit bouillir,

le lait que nous venons de ramener doit gicler, puis 

l’ensemble doit bouillir trois fois dans la casserole 

les flammes lèchent le tout,

nous réchauffent

et nous emmènent dans nos pensées autour de nos Friends !

On « prend » notre temps (quelle drôle d’expression..)

 prenons le…

pour s’intéresser à eux… police ? uk ? very cold ?

toujours les mêmes sourires fatigués,

les mêmes blagues,

les beaux regards graves et re connaissants.

Olivier est venue avec une amie italienne,

Chouette !

Beaucoup se « réveillent » et speack Italiano,

pépite de soleil dans ce brouillard monotone, 

puis, nous partons sur les deux autres camps,.

No tea ? Heu… No thank you,

Hoooo…

Eh oui, aussi précieux que le poulet et le riz !

LE TEMPS PASSE ENSEMBLE…

Puis, nous « terminons » la « tournée » à la Linière…

Je pense que, de mémoire, hormis le Basroch pendant 6 mois,

jamais je n’ai ressenti autant de honte.

Une merveilleuse asso anglaise a installé sur le parking, des tapis de couvertures, des tonnelles, des tables, des petites chaises

et… une vingtaine de pitchounes jouent… au coloriage, à la poupée, à des jeux d’adresses ! on les penserait à l’école, ou à la garderie…. nul souci du voyage.. ils redeviennent enfants !

MERCI LES JEUNES !

Plus loin, mais tellement prêt de nous, des tas d’immondices jonchent le sol. Des fers à bétons sculptent un décor « d’art » « dramatique », Des odeurs nauséabondes !!

et… du people !!! des tentes en nombre, partout !!!

la maison quasiment démontée.

des petits feux réchauffent et tuent l’ennui.

Oh ? Des hautes flammes ? Ah ! Un cady de Monsieur Mullier qui brûle !

Ce n’est pas un fuck au monde capitaliste qui s’en fout de leur sort.

C’est simplement un peu de flammes… et de chaleur. 

Nos nouveaux amis Dunkerquois sont stupéfaits !

Olivier me demande ce qu’il peut faire, il connait du monde à Dunkerque…

YES ! 

Alors, artistes, chanteurs, comédiens, auteurs, 

montreurs d’ours et baladins,

ON Y VA.     ON Y VA.      ON Y VA ?

Grand frais !

Grand Frais va s’installer !

Grand frais va attendre la fin du Grand Froid

et IL LES MANGERA TOUT CRU…

et après où iront ils ?

Maudite neige, tu ne viens pas !

Mais je commence à douter : toi non plus, tu n’arriveras pas à donner un toit et un sol à Grande Synthe pour toutes ces personnes !

L’Etat a réussi à contaminer la commune…

Les consciences sont tranquilles.. « mais enfin, ils n’ont qu’à aller dans les C A E S » … 

Faut il se résigner ?

Je ne sais pas.

A vous de prendre le relais, artistes, chanteurs, comédiens, auteurs, montreurs d’ours !

NE SURTOUT PAS SE RESIGNER,

L’HUMANITE Y VA DE SA SURVIE.

Bon courage les zamis. 

J’aimerais vous dire « ça va aller » .

Sylvie EMMAUS GRANDE SYNTHE

Journal des Jungles n°13

Journal des Jungles n°13 // Femmes traversant les frontières

Réalisé dans le cadre d’une résidence d’écriture accueillie, du 20 au 22 septembre 2019, au sein de l’accueil de jour du Secours Catholique de Calais, ce numéro a réuni, en non-mixité, des femmes encore sur la route de l’exil, et d’autres qui ont décidé de poser leurs valises à Calais, des bénévoles de Norrent-Fontes, Tatinghem et Cherbourg, ainsi que les salariées et bénévoles du Planning Familial 62, du Secours Catholique de Calais, de Project Play, de Gynécologie Sans Frontières, du Refugee Women’s Center, ou encore de la Maison Maria Skobtsova.

Découvrez le Journal des Jungles n°13 en cliquant sur les images ci-dessous ! Vous pouvez également le télécharger en format PDF ici.

Vous souhaitez recevoir des exemplaires papier du Journal ? Écrivez nous à : sensibilisation[at]psmigrants.org

Contrer le renvoi d’exilés parvenus en UK par petit bateau


Contrer le renvoi d’exilés passés en Angleterre par petit bateau

I’m getting in touch today about an issue that we have noticed recently about people who went to the UK by boat. We wondered whether l’Auberge des Migrants might be able to provide any information. We are concerned that there may be an unpublished and unlawful policy about how Dublin III is applied to people who go to the UK by boat. In particular, we have noticed that the Home Office has been relying on Article 13(2) Dublin III to remove people to France. We are looking into challenging such a policy. We wondered whether you had noticed something similar. It would be really helpful if you could provide us with further information about this. In particular, we would be interested in:

-the number of people you have worked with who have been returned to France after going to the UK by boat

-how quickly this happened/timeframes

-any other indicators/trends you have noticed regarding those who went to the UK by boat

 We would also be grateful for as many legal details as you can provide, such as what section of Dublin III the Home Office relied on to remove your clients to France (for example, Article 13(1), Article 13(2) etc). We would be eager to gather your insights on this troubling trend. We would be grateful for any information you can provide about this issue. If you prefer to speak directly, we hope to visit Calais within the coming weeks and would be happy to have a meeting. Please let me know if you have any questions about this or would like to discuss it further, as I would be happy to speak with you about it. Thank you & kind regards,

 Lily Parrott Caseworker
DDI: 02031141319
Fax: 020 7923 3320
Branch:  Harrow

projet LOVIS : mettre les voiles contre le racisme

Mettre les voiles contre le racisme – Invitation à une rencontre de préparation le 11 janvier 2020

L’AVENIR
En été 2020, le voilier LOVIS va larguer les amarres pour soutenir et mettre en lien différentes luttes antiracistes et pour la solidarité.
L’idée est de partir début juin de Hambourg, Allemagne, en suivant la côte des Pays-Bas et de la Belgique en passant par la Manche pour participer aux fêtes maritimes internationales de Brest et de Douarnenez, en juillet en France. Le long du trajet, le bateau peut être utilisé de plusieurs façons sur mer ou aux ports – comme scène, lieu de rencontre, cuisine, symbole, véhicule, etc.

Nous, le groupe de préparation ouvert, vous invitons ainsi que d’autres antiracistes, des groupes migrants & de réfugié*e*s, des activistes, musicien*ne*s, actrices & acteurs, écrivain*e*s – tou*te*s celles & ceux qui dépassent les frontières et qui œuvrent contre le racisme et pour la liberté de circulation, la décolonisation et pour des communautés solidaires. Vous êtes invité*e*s à vous joindre au processus de planification !

Venez à la rencontre de préparation le 11 janvier 2020 à Ostende/Belgique. Ou envoyez-nous vos idées sur la manière dont nous
pourrions soutenir votre groupe et qu’est-ce que vous imaginez pour l’été prochain
. Écrivez-nous, faites circuler l’information,
rassemblons-nous !

Pour tout contact : campaign@lovis.de

LE PRÉSENT

LOVIS est un vieux gréement à deux mâts de type lougre, fait 36 mètres de longueur et peut héberger 33 personnes. Toutes les voiles sont hissées ensemble et manuellement et tou*te*s participent également à la navigation, à la cuisine, au nettoyage, etc.. Le voilier LOVIS en soi est un objet qui attire l’attention et ainsi facilite le contact avec les gens qui flânent sur les quais du port. Le bateau peut être ouvert pour des visiteu*se/r*s, devient un lieu de rencontre, un espace ouvert pour des débats et un lien entre différents lieux – en général, c’est un outil utile pour rendre nos luttes plus visibles.
Nous sommes conscient*e*s que faire de la voile à bord de la LOVIS est un grand privilège mais que nous voulons partager. Nous voulons offrir le bateau comme scène et le mettre à disposition de celles & ceux qui n’ont pas encore eu accès à une telle infrastructure.

Vous trouverez plus d’informations sur le voilier LOVIS sur www.lovis.de (allemand, anglais, polonais).

LE PASSÉ
La planification de cette campagne antiraciste, prévue pour juin/juillet 2020, a démarré cet été par des visites aux camps no-border en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni. Mi-octobre a eu lieu un premier week-end
de mise en réseau et à la voile à Greifswald, au nord de l’Allemagne. 14 activistes de la Belgique, des Pays-Bas et de l’Allemagne y
participaient avec des membres de l’équipage de la LOVIS. Lors de cette rencontre ont été échangées des premières idées, comme p. ex. :
– participer à des festivals maritimes, en tentant de les politiser
– organiser des concerts, des manifs de bateaux, des débats publics, des expositions
– utiliser la grande voile comme cinéma de plein-air
– utiliser le bateau comme support pour hisser des banderoles.

Ici, vous pouvez lire le premier appel à cette campagne : https://lovis.de/wp-content/uploads/campaign-flyer-fran.pdf

ET MAINTENANT?
Nous espérons que vous avez maintenant une petite idée de nos plans ! Quelles sont vos idées concernant le sujet ? Quelles sont vos luttes en ce moment et quels sont vos plans pour l’été prochain ? Comment cette campagne pourrait-elle soutenir vos luttes ? Pouvez-vous imaginer de vous joindre à la campagne avec une action ou un événement dans votre ville ?
Qui pourrait participer à la navigation le long de la côte ?
Connaissez-vous des groupes ou des personnes pour qui ce serait une bonne plateforme de mise en réseau ou de campagne ? Ou seule l’expérience de la voile vous intéresse ?

Pour soutenir et inclure davantage des luttes locales le long du trajet prévu, la prochaine rencontre de préparation aura lieu à Ostende/Belgique, le 11 janvier 2020. Nous espérons votre soutien !
Actuellement, nous sommes à la recherche d’un espace pour nous rencontrer.

Et enfin, même si nous essayons de les limiter, il y a quand même quelques exigences ou obstacles pour monter à bord : seuls les enfants accompagnés par une personne responsable peuvent le faire, les chiens ne sont pas acceptés, la langue principale sera l’anglais de base, il n’y a pas d’infrastructure pour les personnes à mobilité réduite. Mais contactez-nous quand même pour voir ensemble ce qui serait possible.

Les coûts (de voyage) de la prochaine rencontre seront partagés aussi solidairement que possible. L’argent ne doit pas être un obstacle à la participation : contactez-nous s’il y a un problème. Il est possible que le lieu implique d’autres exigences. Informez-nous s.v.p. si vous envisagez de participer via campaign@lovis.de

***********************************************************************
English
***********************************************************************

ANTI-RACIST SAILING CAMPAIGN – Invitation for preparation meeting on 11th of January 2020

THE FUTURE
In summer 2020 the sailing vessel LOVIS will go on a journey to support and connect struggles against racism and for solidarity. The idea is to sail in the beginning of June from Hamburg, Germany, along the coast of Netherlands, Belgium through the English Channel to finally participate in the international harbour festivals in Brest and Dournaenez, France in July. Along this route the ship can be used in any way either on the sea or in harbours as a stage, meeting place, kitchen, symbol, vehicle, etc.

We, an open preparation group, invite you and other anti-racist, migratory and refugee groups, activists, musicians, actors or writers –
anyone who is subverting borders and working against racism and towards freedom of movement, decolonialisation and solidary communities. Join the planning process! Come to the preparation meeting on 11th of January in Oostende Belgium. Or give us feedback about how we can support your group and the things you are already planning for next summer. Write to us, spread the word, let‘s get together!

To contact us write to: campaign@lovis.de

THE PRESENT
LOVIS is a two mast gaff-rigged sailing vessel (logger) which is 36m and provides (sleeping) space for 33 persons. All sails are managed together by hand and additionally, everyone is involved in navigation, cooking, cleaning etc. The sailing vessel LOVIS itself is an object of attention and as such facilitates access to people who are in the vicinity of the harbour. The ship can be opened for visitors, become a meeting place, an open space for discussion and a link between different spaces – overall
it is a useful tool to make our struggles more visible. We do realise that sailing with LOVIS is a huge privilege, this is why we want to share it consciously, offer the ship as a stage and put it at the disposal of those who haven’t had access to this kind of infrastructure so far.

More information about the sailing vessel LOVIS can be found on the website: https://www.lovis.de (German, English, Polish)

THE PAST
The planning of our campaign trip in June/July 2020 has started this summer with first trips to NoBorder Camps in France, the Netherlands and the UK. In mid-October there was a first networking sailing weekend in Greifswald, Northern Germany, in which 14 activists from Belgium, Germany and the Netherlands as well as crew members of the LOVIS sailing ship took part.

In this meeting first ideas were exchanged, such as
– joining and politicising harbour festivals
– organising concerts, boat demonstrations, panel discussions, exhibitions
– using the mainsail as open-air harbour cinema
– using the ship as a framework for hanging banners.

Here you can read the first call for this campaign: https://lovis.de/wp-content/uploads/campaign-flyer-eng.pdf

AND NOW?
We hope this provides you an idea of our plans! What are your ideas on this topic?
What are your struggles at the moment and plans for the summer next year?
How can the campaign support your struggles?
Can you imagine to join the campaign with a concrete action or event in your city?
Who should sail on board along the coast?
Do you know groups or people for whom this would offer a great networking and campaigning platform?
Or do you simply want to have a sailing experience?

In order to support and involve more local struggles along the route, the next preparation meeting will take place in Oostende, Belgium on 11th of January 2019. Hopefully with your support!

We try to keep them low, but there are some requirements to join. On the ship: Children only with a responsible person, main language is simple english, no dogs, not barrier-free. But contact us anyway to see what we can do together! The (travel) costs for the next meeting will be shared as solidary as possible. Please contact us in advance if you cannot raise the money. Other requirements depending on the location.

Please let us know if you plan to take part via campaign@lovis.de

Newsletter n°24

LE JOURNAL HORS LES JUNGLES
n°24 // 11 janvier 2019

proposition-1-logo-psm-couleur

La lettre d’info de la Plateforme de services aux migrants
Réseau d’associations intervenant dans les camps d’exilé.e.s de passage
du Nord de la France et du littoral de la Manche

Nous avons besoin de votre soutien, faites un don! Merci!


Infos des lieux de vie

  • A Lille : Le 11 décembre, le collectif des Olieux a soutenu les travailleuses et travailleurs du social et du médico-social en grève. Ici les textes écrits pour l’occasion par des mineurs, des demandeurs d’asile, des soutiens, et lus en fin de manifestation devant l’Hôtel du Département.

  • A Calais : Les personnes exilées souffrent de l’hiver et des destructions quotidiennes des abris par la police, actions désignées sous le vocable de « opérations de nettoyage ». Plus d’informations ici.

  • A Grande-Synthe : après avoir attendu vainement que les autorités mettent en place un dispositif d’accueil pour les personnes exilées de Grande-Synthe, le maire de la ville, Damien Carême, s’est résolu à ouvrir un hébergement pour les familles, puis un gymnase pour les hommes. Les associations assurent, avec la Ville, les besoins des exilés, puisque le gouvernement n’a pas mis un sou pour cela. Il y a environ 450 personnes exilées à Grande-Synthe, pour l’essentiel des Kurdes d’Irak, dont 100 à 150 passent la nuit dans le gymnase, quelques dizaines à l’hébergement des familles, et 200 à 300 dehors, au Puytouck.

  • A Norrent-Fontes, Quernes et dans le Béthunois, le bilan est catastrophique. 15 mois après la destruction du bidonville à Norrent-Fontes, et devant l’inaction des pouvoirs publics, l’association Terre d’Errance lance un appel à l’aide. Pour un rappel de la situation, c’est ici.

Infos des assos

  • En cours et à venir
  • Le 24 janvier, plusieurs associations du réseau PSM accompagnent la projection du film « Fortuna » (20h), au cinéma Arc-en-Ciel à Hazebrouck. Tarif unique: 5 euros. Participation : MRAP Lille, Auberge des migrants, Terre d’Errance, Flandres Terre Solidaire, Cercle de silence – Hazebrouck. Venez y découvrir l’exposition-photos de l’association Terre d’Errance dès 19h30 !
  • Événements passés

  • Le rapport sur les violences policières à l’égard des personnes exilées qui survivent à Calais, écrit et signé par 4 associations, a été balayé du revers de la main par le préfet, qui nie toute action contraire à la loi ou à la déontologie. Lire ici le rapport.
  • L’Auberge des Migrants a fêté ses 10 ans les 15 et 16 décembre. Une Marche de la Mémoire dans Calais ; la projection de deux films, celui sur la Marche Vintimille-Londres de mai-juin dernier, et du film « Libre », en présence de Cédric Herrou ; une opération Nuit Dehors, qui a permis de mettre à l’abri une vingtaine d’exilés, et un repas festif, ont marqué cet événement. Les membres de L’Auberge pensent qu’il y aura encore, hélas, du travail dans les 10 ans à venir, compte-tenu de la politique franco-britannique concernant la frontière.

Crédits photos : Eric Bottero

Info de la PSM

  • Le Journal des Jungles est de retour ! Le n°11 a été réalisé lors d’une résidence de 3 jours à Grande-Synthe, chaleureusement accueillie au sein de la communauté Emmaüs. Elle a réuni plusieurs familles exilées, autour notamment de la création de marionnettes, prétexte au partage de bouts d’histoires et d’espoirs… Venez vite réclamer vos exemplaires du Journal (sensibilisation[at]psmigrants.org) : à lire et à diffuser largement autour de vous !

Affiche du Journal des Jungles n°11

  • Le prochain « atelier sensibilisation » de la PSM aura lieu le jeudi 24 janvier à Calais, de 9h30 à 16h30 (lieu à confirmer). Venez vous former, tester de nouveaux outils et échanger avec d’autres bénévoles menant diverses actions de sensibilisation sur le territoire ! L’atelier est gratuit, ouvert à toutes et tous. L’inscription se fait ici !
  • Les « Welcome Days » sont lancés ! Ces temps animés par la PSM et les associations calaisiennes, à destination des nouvelles et nouveaux bénévoles et militant.e.s de terrain en priorité (mais pas seulement !), visent à favoriser d’emblée les rencontres entre bénévoles qui travaillent sur le même terrain, auprès du même public, dans des domaines parfois différents. Lors de la première édition, le 9 janvier, les participant.e.s ont pu ainsi profiter d’une balade urbaine, révélatrice de l’histoire des migrations à Calais, avant d’échanger sur la question du « bien-être » des bénévoles. La prochaine édition est programmée le mercredi 6 février, et visera cette fois-ci l’initiation à différents aspects juridiques (défense des droits).

Balade urbaine avec François Guennoc – Crédits photo : Marie Le Ray

  • Le 30 Mars, c’est le forum de la PSM. Ce temps de rencontre entre bénévoles et militant.e.s, pour échanger et prendre ensemble du recul, sera consacré cette année à la thématique de « l’hébergement ». Ce sera à Calais, toute la journée, avec une soirée festive ! Et le lendemain, la matinée du 31, c’est l’Assemblée Générale de la PSM. A noter dès à présent dans vos agendas !

Autres temps de formation et d’échanges

  • A Lille, ce 19 janvier, de 9h30 à 16h30, une formation sur le règlement Dublin est organisée par la Pastorale des Migrants, autour de Maître Julie Gommeaux. Plus d’informations ici

Outils juridiques

  • La Cimade fait l’inventaire des nouvelles mesures qui entrent en vigueur le 1er janvier 2019 dans le domaine du droit d’asile et de la rétention ici

Sensibilisation : outil(s) du mois !

  • « Parole et parcours d’invisibles », Fabienne Deguines a réalisé ce montage à partir de créations de personnes exilées à l ‘accueil de jour du Secours Catholique de Calais. La bande son est réalisée à partir d ‘enregistrement de ces mêmes personnes à la radio de l ‘accueil de jour. Les chants en trame de fond sont des chants produits pour la scène nationale de Calais avec la fabrikka pour « chants nomades ». « Pour que ceux qui sont condamnés à Calais à l’invisibilité puissent exister pour un moment, même bref, et être reconnus humains par d’autres humains.  » A voir ici.

  • Un livre sur l’immigration remporte le prix littérature jeunesse de l’UNICEF. « Chemin des dunes », livre pour les enfants de plus de 6 ans, a été écrit par la Bailleuloise Colette Hus. L’autrice et illustratrice raconte l’histoire de Talia, une petite fille soudanaise qui explique : « J’ai sept ans et j’ai déjà beaucoup voyagé. Dans notre pays il y a eu des problèmes et on a du partir »

Pour comprendre / pour cogiter

  • Un rapport a été produit par l’ONU sur les horreurs inimaginables vécues par les migrants subsahariens en Libye : c’est à lire ici.
  • Depuis quelques mois, une nouvelle filière de passage vers le Royaume-Uni utilise, à grands risques, des petits bateaux sur la Manche, un article du Monde à lire ici.
  • Il y a un an démarrait la dynamique des États Généraux des Migrations (EGM), avec, à l’échelle du Pas-de-Calais, la tenue de 2 grandes plénières régionales, la mobilisation collective autour de différentes thématiques, dont la loi asile, et les réunions de préparation souvent assez spontanées et improvisées. Où en est cette dynamique des EGM ? A lire ici la contribution de Luc-Antoine Bonte, du GRDR, qui fait un premier bilan des actions menées dans ce cadre et appelle à la poursuite, sous diverses formes, de cette initiative collective.

 


Plateforme de services aux migrants
www.psmigrants.org

Nous avons besoin de votre soutien, faites un don! Merci!


[USER-UNSUBSCRIBE]

Newsletter n°25

LE JOURNAL HORS LES JUNGLES
n°25 // 11 février 2019

proposition-1-logo-psm-couleur

La lettre d’info de la Plateforme de services aux migrants
Réseau d’associations intervenant dans les camps d’exilé.e.s de passage
du Nord de la France et du littoral de la Manche

Nous avons besoin de votre soutien, faites un don! Merci!


Infos des lieux de vie

  • A Calais : à l’accueil de jour du Secours Catholique, des personnes exilées s’expriment sur ce qu’elles vivent à Calais et sur les violences policières. Le harcèlement et les expulsions se poursuivent également. Dernier exemple en date : l’installation de nouvelles grilles pour empêcher les personnes de trouver refuge sous la rocade portuaire. Lire ici
  • A Calais encore, mais plus généralement sur le littoral, la pression augmente aussi autour de la surveillance des plages. L’Auberge des Migrants explique ainsi : « Un dispositif très lourd a été mis en place pour surveiller les plages, de Equihen (sud de Boulogne) à Dunkerque. Tous les professionnels et plaisanciers du même secteur ont reçu un courrier leur demandant de sécuriser leur bateau et d’enlever ce qui s’y trouve (moteurs hors-bord, réservoirs d’essence mobiles, gilets de sauvetage…). On leur demande même de dénoncer des candidats à l’achat de bateaux gonflables ». Pour lire l’intégralité de ce texte, c’est ici.
  • A Grande-Synthe : Le gymnase ouvert par la Mairie abrite 100 à 200 personnes. Autour de ce gymnase ont poussé près de 200 tentes. Quelques familles sont hébergées dans un centre de loisirs. Plusieurs dizaines de personnes survivent encore dans le bois du Puythouck, dont un groupe de Pakistanais. Ceux-ci sont particulièrement visés par la police (destructions de tentes, d’aliments, de biens personnels) selon les personnes sur le terrain. Les associations continuent parallèlement de dénoncer les opérations d’expulsion qui se multiplient, souvent dans un cadre légal pour le moins « indéterminé » : ce 7 février, elles demandaient ainsi au Tribunal Administratif de Lille de trancher sur la légalité de l’opération d’expulsion de 600 personnes menée le 19 septembre 2017. Pour lire leur communiqué, c’est ici.

campement de pakistanais au Puythouck

des exilés dorment devant une brasserie du contre commercial

  • Campement de Quernes : la situation est toujours la même sur le campement, . 8 à 10 personnes en attente…
  • A Béthune, les personnes vietnamiennes ont quitté le camp installé à proximité de l’autoroute..
  • Les environs de Norrent-Fontes et de Saint Hilaire Cotes (près du parking, point de passage) : destruction des sacs de couchage, de la nourriture des personnes exilées par les gendarmes de l’autoroute. Un rendez-vous a été pris par Terre d’Errance avec leur hiérarchie. Les personnes sont toujours dehors, le plus souvent dans les champs, sans aucun abri.
  • HUDA de Fouquières : même si quelques demandes d’asile ont été acceptées, les arrestations ont repris. Maintenant les personnes se font arrêter directement en préfecture. Elles hésitent à aller à leur rendez vous, elles sont donc considérées en fuite sans même savoir si finalement elles seraient placées en procédure normale et pourraient demander l’asile en France.

Infos des assos

  • Droits fondamentaux des personnes exilées : une coalition de 34 associations françaises et britanniques a saisi la Rapporteure spéciale des Nations Unies sur le logement convenable pour l’amener à constater les violations des droits fondamentaux des personnes exilées à la frontière franco-britannique et demander la mise en place de solutions d’hébergement dignes et durables. A lire ici et ici
  • Printemps pour l’égalité des droits. Un appel citoyen a été lancé par des militant.e.s et bénévoles du Nord et du Pas de Calais volontaires pour organiser, entre le 8 mai et le 22 juin 2019, des événements de lutte contre le racisme et dénoncer les politiques menées par rapport aux personnes étrangères, immigrées et exilées. Découvrez ici l’appel « Printemps pour l’égalité des droits – Je suis l’immigré.e, je suis l’exilé.e ». Prochaine rencontre de préparation : jeudi 21 février, 18h, à Lille. Rejoignez la mobilisation !

  • Droit à l’hébergement. Autour de Terre d’Errance Norrent-Fontes, un hébergement solidaire se met en place pour les personnes exilées qui n’ont aucun abri. Mais la volonté reste de continuer à demander à l’État l’ouverture d’hébergements d’urgence et d’interpeller sur la faible, voire la non-prise en charge de ces personnes par les services de L’État et le dispositif de droit commun du 115.

Carnet de voyage « Calais Calling » Lorraine les Bains

  • Calais Border Broadcast – CBB : Un atelier radiophonique créé au Secours Catholique de Calais constitue une alternative médiatique qui permet aux personnes exilées et aux aidants et aidantes de s’exprimer librement. La dernière émission de radio a eu pour thème l’intégration des personnes réfugiées statutaires en France. Cette question a été abordée autour du parcours de trois jeunes hommes dans trois villes françaises. Cela grâce à la belle voix de Véronique (bénévole), au talent de Karam (stagiaire) et aux compétences de Domdom (bénévole), accompagné par Cyrille (salarié). A écouter et à lire ici.
  • Entrave à la solidarité : l’entrave à la solidarité des aidants et aidantes du Secours Catholique Caritas France à Calais est toujours d’actualité. L’année dernière, le Secours Catholique a subi plusieurs actes visant à dégrader les véhicules et les locaux de l’association. Le 22 janvier dernier, des clous ont été déposés devant la grille d’entrée, le 23 janvier les pneus de deux véhicules ont été ainsi détériorés. Une plainte a été déposée, pour une énième fois…. Jusqu’à où iront ces entraves et ces intimidations ?

Info de la PSM

  • Les « Welcome Days » se répètent à Calais ! Ces temps animés par la PSM et les associations calaisiennes visent à favoriser d’emblée les rencontres entre bénévoles (nouveaux et nouvelles, mais pas que) qui travaillent sur le même terrain, auprès du même public, dans des domaines parfois différents. La prochaine édition est programmée le jeudi 7 Mars, et portera cette fois-ci sur la question de l’accès aux soins pour les personnes exilées, en santé physique et mentale .
  • Le Forum de la PSM approche ! Ce sera le 30 mars, à Calais. La thématique de cette année : l’hébergement. Et le lendemain, dimanche 31 mars, c’est notre assemblée générale ! On vous y attend nombreuses et nombreux !

Autres temps de formation et d’échanges

  • Amnesty International offre la possibilité de se former en ligne sur divers sujets : « quelques outils pour militer », « agir contre les discours toxiques en ligne »… Et c’est gratuit.

Outils juridiques

  • La Cimade a mis en ligne un article sur les nouvelles règles concernant les demandes d’Aides Juridictionnelle à la CNDA. Tout est expliqué dans cet article. Vous y trouverez également un modèle de demande d’aide juridictionnelle, un modèle de recours CNDA, ainsi qu’un calculateur du délai de recours!!!!!

Sensibilisation : outil(s) du mois !

  • « Regarde Ailleurs » film de Arthur Levivier. Sortie nationale à Paris au Saint André des Arts le 13 février. Si vous souhaitez organiser une projection avec discussion dans un cinéma près de chez vous vous pouvez contacter Arthur Levivier au 07 82 32 26 79. Voir la bande annonce.

  • L’exposition Parcours des Invisibles (voir la newsletter 24) voyage à Lille à la maison des associations 72,74 rue Royale du 9 au 14 février 2019. Contact pour plus d’informations.

Pour comprendre / pour cogiter

  • Le HCR a publié en janvier un rapport intitulé « Voyages du désespoir », concernant la traversée de la Méditerranée par les personnes migrantes pour atteindre l’Europe. C’est la traversée la plus meurtrière du monde ! Et les chiffres des vies perdues — 2275 en 2018, soit six par jour — sont en augmentation, alors même que le nombre de personnes à s’y risquer est lui en baisse. Voir le rapport du HCR ici.

  • Dans un rapport de l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales) de décembre 2018, portant sur l’accompagnement social, un paragraphe est consacré à « L’auto-organisation de la société civile sur la question des migrants » : on y retrouve nombre de « nos » associations, qui oeuvrent dans la région, et d’autres qui travaillent dans la vallée de la Roya ou en région parisienne, les collectifs, y compris « ceux qui revendiquent une posture de désobéissance civile » et qui « engagent des actions en justice en vue de faire condamner l’État ». Il y a aussi le rappel de la décision du conseil constitutionnel selon laquelle la fraternité, au delà d’être une devise de la République, est « un principe à valeur constitutionnelle ». Une forme de reconnaissance de nos actions, en somme ! Pour consulter le rapport, c’est ici.
  • L’OFPRA a publié les chiffres de la demande d’asile pour 2018. Le rapport est à lire ici.

Plateforme de services aux migrants
www.psmigrants.org

Nous avons besoin de votre soutien, faites un don! Merci!


[USER-UNSUBSCRIBE]